Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Immobilier: ce que le Covid-19 a changé pour vous
information fournie par Le Figaro25/04/2020 à 07:00

Le Covid-19 a stoppé la flambée des prêts immobiliers (Crédits photo : Adobe Stock -  )

Le Covid-19 a stoppé la flambée des prêts immobiliers (Crédits photo : Adobe Stock - )

L'euphorie immobilière a laissé place à un marché totalement à l'arrêt du fait de la crise que nous connaissons. Le Figaro fait le point.

• Un marché immobilier en pause

Plus de visites donc plus de transactions. Les agences ont fermé leurs portes et se disent prêtes, pour la plupart, à les rouvrir à partir du 11 mai. En attendant, elles continuent d'accompagner à distance les futurs acquéreurs, réalisent quelques visites virtuelles et comptent sur les notaires pour finaliser les rares transactions durant ce confinement.

Mais elles savent que l'objectif est désormais de limiter la casse pour espérer repartir sur de meilleures bases en 2021. En croisant les doigts pour que la solvabilité des acheteurs ne soit pas trop impactée. Enchaînant records sur records, le volume des ventes risque de sévèrement chuter cette année. Certains évoquent une baisse de 20% à 25%, soit un recul de plus de 200.000 transactions.

• Des taux de crédit qui remontent

C'est LA mauvaise nouvelle! Le Covid-19 a stoppé la flambée des prêts immobiliers. Même s'ils restent attractifs, les taux amorcent une légère remontée: entre 0,2% et 0,5% en moyenne, selon le profil de l'emprunteur. Sur 10 ans, les taux avoisinent en moyenne les 1%, 1,1% sur 15 ans, entre 1,3% et 1,4% sur 20 ans et 1,6% sur 25 ans. «On peut s'attendre en mai à des taux de 1,25% sur 15 ans, de 1,45% sur 20 ans et de 1,7% sur 25 ans», affirme Maël Bernier, de Meilleurtaux.com. La bonne nouvelle? Les banques reprennent des nouveaux dossiers de prêts mais n'en restent pas moins exigeantes.

• La «guerre» des loyers est lancée

La veille du début du confinement, Emmanuel Macron annonce que le paiement des loyers est suspendu. Mais seules les PME en difficulté sont concernées et non pas les particuliers. Malgré l'appel d'associations à le suspendre puis l'annuler, le gouvernement rappelle que les loyers doivent être payés pour les habitations (voir l'interview au Figaro de Julien Denormandie, ministre chargé du logement). Pour les représentants des propriétaires, il est hors de question d'annuler les loyers.

Le torchon brûle également entre bailleurs et locataires de locaux commerciaux. À tel point que le gouvernement a dû nommer une médiatrice pour régler rapidement ce conflit.

• Des actes de vente signés à distance

Au départ: un conflit entre notaires et agents immobiliers. Le président de la Fédération nationale de l'immobilier reproche aux premiers de refuser la numérisation des actes de ventes. Pour fluidifier le marché, le gouvernement publie un décret autorisant les notaires à signer à distance ces documents essentiels à la finalisation de la transaction.

• Des assemblées générales reportées

À cause du confinement, les copropriétaires ne peuvent plus tenir d'assemblées générales. C'est à cette occasion qu'ils décident s'ils renouvellent ou non le mandat de leur syndic, l'organisme qui gère pour eux le fonctionnement de la copropriété. Les mandats ont été prolongés mais uniquement ceux qui expirent au plus tard le 24 juin. Or, la plupart prennent fin...le 30 juin. Les syndics redoutent alors un embouteillage. Le gouvernement a rectifié le tir.

• Des chantiers à l'arrêt

Autre conséquence du Covid-19: les chantiers sont mis à l'arrêt. Pour leur permettre de reprendre, un guide de bonnes pratiques a été publié début avril, avec une semaine de retard. Il détaille notamment les gestes barrières propres au secteur du BTP. Conséquence: les chantiers reprennent lentement. «Les gestes barrières et les mesures complémentaires ont été mis en place avec le coordonnateur et le maître d'œuvre d'exécution, explique Frédéric Marion, directeur général d'Etxe Promotion (390 logements). La mise en place de la vidéo surveillance de notre chantier nous permet, sans nous déplacer de suivre l'avancement de ce dernier

0 commentaire

Annonces immobilières