Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France : les dépenses publiques ont représenté 57,2% du PIB en 2014

Boursorama 08/07/2015 à 16:20

Les dépenses publiques, rapportées à la richesse nationale, ont légèrement diminué en Europe l'an dernier mais restent élevées.

Au sein de l’UE, la France apparaît comme le second pays où les dépenses des administrations publiques, rapportées à la richesse nationale, ont été les plus élevées en 2014. À l’échelle du Vieux continent, ces dépenses régressent tout de même légèrement par rapport à 2013.

En pleine crise grecque due à la soutenabilité de ses finances publiques, les données d'Eurostat publiées mardi 7 juillet ne manqueront pas d’interpeller.

« En 2014, les dépenses totales des administrations publiques se sont élevées à 6.701 milliards d’euros dans l’Union européenne. Cela représente près de la moitié (48,1%) du PIB de l’UE en 2014, contre 48,6% en 2013 », relevait mardi l’organe de statistiques européen.

Les disparités sont fortes entre les Etats européens. En termes de dépenses rapportées à la richesse nationale, la France et les pays nordiques apparaissent en tête du classement. « Parmi les États membres de l’UE, les dépenses des administrations publiques ont varié en 2014 de moins de 35% du PIB en Lituanie et en Roumanie à plus de 57% en Finlande, en France et au Danemark », résume Eurostat.

La protection sociale et la santé représentent plus de la moitié de ces dépenses

Il convient de regarder en détails la répartition de ces dépenses publiques de manière à éviter les idées reçues.

Eurostat résume : « dans l’UE, la fonction "protection sociale" a été de loin la plus importante, comptant pour 40,2% du total des dépenses des administrations publiques. Viennent ensuite les fonctions "santé" (14,8%), "services généraux des administrations publiques" tels que les affaires étrangères et les opérations concernant la dette publique (14,1%), l’"enseignement" (10,3%) puis les "affaires économiques" (8,8%) ».

L’organe de statistique ne manque pas de remarquer que « ces données à l’échelle de l’UE masquent toutefois des différences considérables entre États membres en ce qui concerne tant la part que le classement de chaque fonction de dépenses des administrations publiques ». En France, les statistiques publiées apparaissent dans la moyenne européenne, avec 42,9% des dépenses dues à la "protection sociale" et 14,2% pour la "santé".

La Grèce a fait le plus gros effort de réduction des dépenses publiques en 2014

Au cours de l’année dernière, les Etats européens dans leur ensemble ont fait un petit effort de réduction des dépenses publiques. « Les dépenses totales des administrations publiques en proportion du PIB ont diminué en 2014 de 0,5 point de pourcentage dans l’UE par rapport à leur niveau de 2013 », explique ainsi Eurostat.

Dans le contexte actuel, on peut également s’intéresser aux données concernant les dépenses publiques grecques. Or, le pays ressort comme celui ayant fait le plus d’efforts au cours de l’année dernière en matière de réduction des dépenses publiques. « Des baisses significatives ont été observés en Grèce (-10,7 points de pourcentage) et en Slovénie (-9,9 pp) », poursuit la même source. Le constat est en revanche inversé à Chypre, où les dépenses publiques ont nettement augmenté par rapport à l’an passé (+7,7%).

Dépenses publiques par habitant

Eurostat calcule par ailleurs le niveau de dépenses publiques de chaque Etat de l’UE, rapporté au nombre d’habitants de ces Etats. Ainsi, en France, les dépenses des administrations publiques ont représenté 1226 milliards d’euros, soit 18.530 euros par habitant selon Eurostat.

En comparaison, en Allemagne, les dépenses publiques représentent 15.469 euros par habitant, un chiffre semblable à celui du Royaume-Uni. En Grèce, ce même montant est de 8.039 euros par habitant. Les valeurs extrêmes sont atteintes à la baisse par la Bulgarie (2.279 euros par habitant) et à la hausse par le Danemark (25.987 euros par habitant).

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.