Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Fiscalité du capital : la France redevient attractive pour les investisseurs et pourrait rattraper l'Allemagne
information fournie par Boursorama avec Newsgene22/11/2018 à 08:06

(FLICKR / Fred Romero)

(FLICKR / Fred Romero)

La France redevient attractive au niveau européen pour les investisseurs et pourrait rejoindre l'Allemagne en 2022, selon le baromètre de l'Association des marchés financiers publié ce lundi 19 novembre. La réforme de la fiscalité du capital qui a permis l'adoption de la flat tax à 30% semble porter ses fruits.

La France redevient attractive pour les apporteurs de fonds, selon une étude de l'Association française des marchés financiers (Amafi) relayée par Les Echos.  Sa fiscalité se situe en effet dans la moyenne européenne. Le pays « devrait, à l'horizon 2022, combler l'écart de compétitivité dont souffraient les entreprises françaises par rapport aux entreprises britanniques et allemandes » , indique ainsi l'Amafi.

La France se rapproche de l'Allemagne

Pour élaborer ce baromètre, l'association évalue chaque année « le résultat brut nécessaire à une entreprise pour servir un revenu net de 100 à son apporteur de fonds (actionnaire ou prêteur) » , indique le quotidien.

En France, en 2018, pour que l'actionnaire perçoive un dividende de 100, l'entreprise doit générer un revenu brut de 213 contre 270 en 2016, avant la réforme de la fiscalité du capital. A l'horizon 2022, le revenu brut nécessaire descendra à 204, grâce à la baisse de l'impôt sur les sociétés.

C'est proche du résultat brut en vigueur pour les investisseurs allemands en 2018 (194). La France se rapproche également du Royaume-Uni qui voit sa fiscalité restée à peu près stable avec un revenu brut nécessaire de 199 en 2018 et estimé à 194 en 2022.

La flat tax semble porter ses fruits

Ce regain d'attractivité de la France s'explique principalement par la réforme de la fiscalité du capital. Depuis le 1er janvier dernier, le barème progressif de l'impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux a été remplacé par une flat tax à 30%. D'autres pays ont adopté cette fiscalité comme l'Allemagne, où le taux est de 25 %, l'Espagne (23 %), l'Italie (26 %) et la Suède (30 %).

Si la France peut espérer rivaliser avec certains pays, elle aura du mal à être aussi attractive que la Belgique, la Suisse, les Pays-Bas ou encore le Luxembourg qui pratiquent une exonération des plus-values en ne taxant que les dividendes et les intérêts.

17 commentaires

  • 21 novembre23:21

    Avec le plf2019 vous croyez que ça durera combien de temps? Ils dépenseront 100 milliards de plus que les recettes..... ce sont des impôts différés.... faudra trouver des sousous et ce qui est fait se défera sauf s'ils arrêtent de claquer inutilement l'argent mais j'y crois pas trop


Annonces immobilières