Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Énergie: un nouveau fournisseur propose l'électricité au prix de gros
information fournie par Le Figaro03/03/2021 à 19:26

(Crédits photo : Unsplash - Johannes Plenio  )

(Crédits photo : Unsplash - Johannes Plenio )

Barry propose aux particuliers de payer leurs kilowattheures à prix variable, en fonction des évolutions de la Bourse de l'électricité. Une formule risquée, mais qui peut rapporter.

Peu de Français le savent, eux qui payent leur électricité à prix fixe. Mais une petite partie des électrons qu'ils consomment est achetée au jour le jour par leur fournisseur à la Bourse européenne de l'électricité Epex Spot. Le prix du kilowattheure y varie en fonction de l'offre et de la demande. Un nouveau venu sur le marché français, le danois Barry, propose depuis quelques jours aux particuliers de payer leurs kilowattheures à un prix strictement calqué sur cette Bourse de l'électricité.

Barry est 100% numérique. «Sur notre application, il est possible de suivre l'évolution de ce prix en temps réel, heure par heure et ce, 24 heures à l'avance, explique la start-up. Chaque utilisateur peut ainsi effectuer les tâches les plus énergivores, telles que laver son linge, faire tourner son lave-vaisselle ou mettre en charge ses appareils, à l'heure où l'électricité est la moins chère.» Pour ce faire, l'application est connectée aux données de consommation en temps réel livrées par le compteur Linky du client.

Aucune commission sur la consommation

Une telle gestion fine de sa consommation électrique pourrait faire fondre la facture de 25% par rapport à une offre à prix fixe, assure Barry, qui ne prend aucune commission sur la consommation. Il achète les kilowattheures sur le marché de gros pour les fournir, sans marge ajoutée, à ses clients. Il se rémunère en revanche via un abonnement fixe mensuel qui commence à 11,04 euros par mois.

Encore faut-il pouvoir décaler le fonctionnement de son électroménager. Durant certaines semaines d'hiver, il arrive que les prix sur la Bourse de l'électricité restent très élevés durant plusieurs jours d'affilée par période de grand froid. Un ménage se chauffant uniquement à l'électrique serait donc dans ce cas perdant. L'offre de Barry vise plutôt les grands consommateurs électriques qui peuvent adapter leur consommation aux prix de marché. Par exemple les possesseurs de voiture électrique, qui peuvent la recharger la nuit et faire ainsi des économies grâce aux tarifs variables (les prix de marché sont plus bas la nuit).

Le yoyo de la Bourse de l'électricité

«Cette offre peut fonctionner auprès de certains consommateurs, mais il faut que ces derniers comprennent bien le risque pris», observe Christophe Leininger, délégué général de l'Union française de l'électricité (UFE). En France, les prix de gros de l'électricité peuvent grimper jusqu'à 30 euros le kilowattheure (c'est la limite maximale autorisée), contre 15,82 centimes pour le tarif réglementé fixe d'EDF. «Ce n'est arrivé qu'une fois qu'on atteigne le plafond de 30 euros le kilowattheure», relativise Christophe Lephilibert, responsable du développement de Barry. Toutefois, il est déjà arrivé plusieurs fois que les prix atteignent les 6 ou 10 euros le kilowattheure en période de forte demande hivernale.

Pour contrer les inquiétudes liées à une flambée des prix, la start-up veut mettre en place un plafonnement, explique Christophe Lephilibert : «Barry assurera à ses clients français que la facture mensuelle totale ne sera jamais plus de deux fois supérieure à ce que propose EDF. C'est un système de réassurance, même si cette inquiétude d'un dérapage de la facture n'a pas lieu d'être au vu de l'évolution du marché spot ces dernières années.»

A contrario, l'offre de Barry peut permettre aux clients de bénéficier des prix négatifs qui surviennent de moins en moins rarement sur le marché spot. Lorsque la demande est faible et la production forte, il arrive en effet que les acheteurs de kilowattheures soient rémunérés pour consommer. En 2020, la France a battu son record d'heures durant lesquelles les prix de l'électricité ont été négatifs. Durant 102 heures - sur les 8760 heures que compte une année - les kilowattheures se sont échangés à des prix inférieurs à zéro.

Bientôt, tous les fournisseurs devront proposer au moins une offre à prix variables - mais pas forcément aussi volatile que celle de Barry. Ainsi l'a voulu l'Union européenne, afin que les consommateurs ne restent pas insensibles aux signaux envoyés par les prix, par exemple lorsqu'ils montent lors des périodes des pics de consommation. La Commission de régulation de l'énergie (CRE) devrait se prononcer en avril sur la déclinaison française de l'obligation européenne de proposer des prix variables.

0 commentaire

Annonces immobilières