Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

En crise, les appart-hôtels négocient les loyers à la baisse

Le Figaro29/08/2016 à 18:55

L’offre n’a jamais été autant développée mais le modèle économique de ces résidences connaît des ratés.

«Condamnons la société Appart’City à titre provisionnel à verser les loyers dus aux requérants au titre des troisième et quatrième trimestres 2015, et ce sans délais.» Cette ordonnance de référé rendue en avril par le tribunal de grande instance de Montpellier aux dépens d’Appart’City, leader français des résidences de tourisme ou appart-hôtels, n’est pas un cas isolé.

La juridiction a rendu plusieurs décisions à l’encontre de ce gérant de 120 résidences hôtelières. Appart’City gère, dans le cadre d’un bail commercial, quelque 13.500 clés pour le compte d’une dizaine de milliers de propriétaires considérés comme «loueurs de meublé non professionnels» (LMNP). De l’aveu même de son directeur général, Pierre Denizet, l’entreprise doit «15 millions d’euros d’arriérés de loyer». La somme correspondrait à l’équivalent d’un trimestre de paiement, alors qu’Appart’City a enregistré l’an dernier un chiffre d’affaires de 185 millions d’euros.

Baisse de loyer

«Lors de la dernière assemblée générale de copropriétaires, le 2 avril au Bourget, M. Denizet a parlé de 25 millions d’euros», précise Me Philip Pechayre, avocat cannois qui s’est fait une spécialité de la défense des loueurs de meublé non professionnels. «Le contrat qui les lie aux sociétés de gestion telles qu’Appart’City, Pierre & Vacances, ou Belambra, stipule un rendement garanti. Or, c’est rarement le cas. Mes clients sont obligés d’ester en justice, où ils gagnent à chaque fois, et de payer un avocat ce qui nuit à la rentabilité de leur investissement.» Avec trois confrères, il revendique la représentation quelque 4.000 clients, propriétaires dans 61 résidences Appart’City. Depuis dix-huit mois, 200 décisions de justice ont été rendues.

Cette année, Belambra, dont la Caisse des dépôts est actionnaire à 34 %, a négocié, selon Philip Pechayre, «une baisse de loyer moyenne de 17 %» afin de maintenir son activité à flot. «Nous sommes deux fois lésés, résume un propriétaire. D’une part, nous avons payé un bien au prix fort. D’autre part, on nous oblige à baisser sa rentabilité. Nous sommes forcés d’accepter car, en cas de cessation de paiement pour le gestionnaire, les loyers impayés seraient perdus.»

«Le problème est que de nombreuses résidences ont, par le passé, été construites avec une vision avant tout immobilière plutôt que fonctionnelle… Et il y a eu de la casse», résume Vanguelis Panayotis, directeur du développement de MKG, société d’études du marché hôtelier. Souvent, certains appart’hôtels ont été bâtis par des promoteurs dont l’actionnaire est le même que la société chargée de son exploitation…

«Aujourd’hui, ajoute Vanguelis Panayotis, le problème est en train de se régler avec des implantations mieux réfléchies mais à l’heure où certaines rénovations doivent être effectuées dans les résidences les plus anciennes, certains propriétaires, et on les comprend, ont du mal à accepter de devoir mettre à la main à la poche alors même que les contrats initiaux ne sont pas respectés à la lettre.»

Souvent proposé par des conseillers en gestion de patrimoine, le placement LMNP en appart-hôtel suscite aujourd’hui la méfiance chez ces professionnels. «Personnellement, raconte Jean-François Zapelloni, conseiller en patrimoine à Lons-le-Saunier (Jura), j’ai quasiment un client sur deux qui a dû subir des baisses de loyer. Autant vous dire, même si certains acteurs respectent leurs engagements, que je ne propose plus de placement en résidence hôtelière.»

Interrogé lors de la récente inauguration d’une nouvelle résidence hôtelière 4 étoiles située face aux arènes de Nîmes, Pierre Denizet affirme vouloir trouver «une solution amiable avec les propriétaires d’ici la fin de l’année». Mais cette solution passera par une baisse des loyers perçus par les investisseurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.