1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Des calendriers de l'Avent pour les petits et grands

Le Figaro28/11/2015 à 08:00

C'est l'une des traditions ancestrales précédant la période de Noël. Le calendrier de l'Avent connaît un succès inexorable auprès des plus petits. Mais de plus en plus d'offres s'adressent désormais aux plus grands.

C'est un secteur qui ne connaît pas la crise. En grande distibution, plus de 1,2 million de calendriers aux chocolats et autres confiseries se sont écoulés l'année dernière, soit une hausse de 13,9% depuis 2012, selon les données du cabinet IRI. Le chiffre d'affaires de ce marché s'était élevé à près de 387 millions d'euros, en 2014. Ses origines germaniques et catholiques remontent au 19è siècle. Pour faire patentier les enfants avant la fête de la naissance de Jésus, le 25 décembre, des images pieuses leur étaient distribuées chaque jour. Au fil des années, ces images ont pris place dans un calendrier de 24 cases.

La tradition s'est ensuite exportée en Alsace puis dans la France entière, après la fin de la seconde guerre mondiale. Sa popularité a connu un essor considérable dans les années 90, confiseries et chocolats remplaçant progressivement les images de Noël. Depuis, son triomphe ne s'estompe pas.

«Le calendrier de l'Avent fait partie des ‘hits' de Noël chaque année chez les enfants, et son succès ne se dément pas bien au contraire», explique Frédérique Tutt, experte du jouet au cabinet NPD», à l'AFP. Il s'est continuellement renouvelé, les calendriers traditionnels laissant place à ceux des marques de jouets. Il s'en est vendu près de 846.000 en France l'année dernière, soit une hausse en volume de 6% par rapport à 2013. Il représente une valeur totale de 14 millions d'euros en croissance de 8%.

Sextoys, bières et produits de beauté remplissent les calendriers

Mais désormais, les marques font les yeux doux aux plus grands d'entre nous. Des calendriers de l'Avent pour adultes sont désormais monnaie courante dans les rayons des magasins. Des produits de beauté (Séphora, l'Oréal), des marques de bière (Beery christmas, Bières bretonnes..) et même des sextoys prennent place dans les petites cases. «On achète une part de notre enfance, explique Thierry Spencer, spécialiste en marketing et auteur du blog Sensduclient.com. Les adultes sont en recherche de bons moments, ils sont de moins en moins complexés à l'idée de jouer et de partager cette culture insouciante».

L'atmosphère actuelle du pays en pleine crise économique et qui vient de subir les terribles attentats du 13 novembre a également un effet majeur sur la consommation de ces produits ludiques. «Les évènements récents impliquent les gens à se rapprocher de ce jeu d'enfance. La frontière entre le monde adulte et l'enfance s'estompe», explique celui qui est aussi consultant pour l'Académie du service. Lui-même s'étant vu offrir un calendrier Lego Star Wars par ses filles. Les marques cherchent avant tout un «coup» marketing et veulent attirer une nouvelle gamme de consommateurs qui se montre habituellement défiant par rapport aux grandes enseignes. «Cela participe à une grande recherche de proximité avec le client, explique Thierry Spencer. Les marques utilisent ces produits pour être en connivence avec le client, qui sont toujours un peu méfiants. Les récents épisodes de Volkswagen ou de Findus font croître cette défiance».

Le marché n'échappe pas à l'originalité de certaines marques, qui confectionnent des calendriers de l'Avent pour les... chats! Une manière simple pour faire parler de leurs produits, selon Thierry Spencer. «On ne peut pas éviter la récupération commerciale qui pousse à l'absurde, mêmes si elles sont légitimes dans l'économie de marché».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.