Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Ce que fait Airbnb pour lutter contre les fêtes clandestines
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr16/10/2021 à 08:30

Depuis l’été 2020, la plateforme de location Airbnb a renforcé ses contrôles automatiques pour éviter l’organisation de fêtes clandestines au sein des biens loués. En 1 an, ces contrôles ont empêché 50 000 réservations à Paris, et des milliers à Marseille et Bordeaux.  

Ce que fait Airbnb pour lutter contre les fêtes clandestines / iStock-stockcam

Ce que fait Airbnb pour lutter contre les fêtes clandestines / iStock-stockcam

Les mesures prises par Airbnb

En août 2020, Airbnb a serré les vis et a fait part de l’interdiction d’organiser des fêtes dans les logements proposés à la location sur sa plateforme en ligne. Par ailleurs, la capacité d’accueil des logements avait été limitée à 16 personnes. Airbnb se fixait comme objectif de limiter les rassemblements clandestins, alors qu’à cette période, les boîtes de nuit étaient fermées à cause de la crise sanitaire de Covid-19. Le blocage automatique s’effectuait sur les réservations de logements entiers pour les utilisateurs âgés de moins de 25 ans qui auraient moins de trois commentaires positifs, lorsque le lieu de réservation était situé à proximité de leur domicile. À ce système de blocage s’ajoute un service d'assistance permettant aux voisins d'alerter Airbnb en cas de rassemblement trop bruyant. Bilan un an plus tard, l'entreprise a annoncé avoir « bloqué ou redirigé » plus de 240 000 personnes en France. De façon plus précise, il y aurait eu 53 000 personnes qui n’auraient pas pu effectuer de réservations à Paris, plus de 7 000 à Marseille et plus de 4 000 à Bordeaux. Airbnb ne bloque cependant pas les comptes des clients concernés : ils peuvent donc réserver un logement plus loin ou une chambre privée.

Les propriétaires des Airbnb face aux fêtes clandestines

Les mesures à prendre en amont Tout d’abord, il faut être rigoureux dans la sélection des locataires. Aujourd’hui, la majorité des locataires organisant des fêtes sont des jeunes. Il faut bien regarder les profils Airbnb des personnes souhaitant louer les biens et voir s’ils sont bien notés. Les propriétaires peuvent également privilégier les locations de trois nuits minimum, ce qui peut décourager les fêtards. Enfin, pour bien se dédouaner, il peut être utile qu’ils mentionnent dans leur annonce que les fêtes sont interdites, ainsi que les rassemblements de plus de six personnes. Les propriétaires sont-ils tenus responsables ? Les propriétaires non informés des fêtes ne seront jamais inquiétés. Il est primordial qu’ils fassent un signalement dès le moindre souci. Les propriétaires peuvent aussi installer un sonomètre, un petit appareil alertant sur le nombre de décibels, et prévenir les locataires dès qu’il y a un débordement. Le sonomètre informe les propriétaires via une alarme sur le téléphone, et libres à eux d’appeler les locataires ou directement les forces de l’ordre. Les organisateurs de soirées sont les fautifs, notamment en raison de la mise en danger de la vie d’autrui en période de restriction sanitaire.

2 commentaires

  • 16 octobre12:19

    Le propietaire devrait prendre une assurance auprès d'Airbnb qui devrait indemniser totalement le propriétaire des dégâts subits


Annonces immobilières