1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurances vie et décès : les atouts du démembrement des clauses bénéficiaires
Le Revenu30/11/2019 à 19:00

Les clauses bénéficiaires des contrats d'assurance peuvent être démembrées. (© Phovoir)

Peu utilisé, le démembrement - qui permet de séparer l'usufruit de la nue-propriété - peut permettre d'optimiser la succession dans le cadre de contrats d'assurance vie ou d'assurance décès. Explications.

La très grande majorité des clauses bénéficiaires des contrats d'assurance-vie et d'assurance-décès - notamment des contrats de Groupe - sont ainsi rédigées : «Mon conjoint, à défaut mes enfants vivants ou représentés, à défaut mes héritiers.» Certains assureurs se contentent de répartir les sommes entre le conjoint et les enfants.

Pourtant, il est parfois utile de sortir de cette routine afin d'optimiser sa succession. Par ailleurs, il faut toujours prendre en compte que la ou les clauses bénéficiaires sont étroitement liées avec les termes du contrat de mariage et avec les éventuelles donations qui ont été réalisées avant la disparition.

Au conjoint l'usufruit, aux enfants la nue-propriété

Le démembrement de la clause bénéficiaire est un moyen trop peu utilisé et qui présente beaucoup d'avantages. Elle consiste à allouer l'usufruit des sommes versées par l'assureur au conjoint survivant et la nue-propriété aux enfants.

La clause peut prévoir que le conjoint survivant pourra déclarer un quasi-usufruit et ne sera pas obligé de donner des garanties. Ainsi, le survivant est entièrement protégé, il a la libre disposition des sommes en cause, de la même façon que s'il avait été le seul et unique bénéficiaire du contrat.

Tandis que les enfants détiennent une créance, à hauteur, sur la succession du conjoint survivant: la créance de restitution. La formule permet ainsi

Lire la suite sur LeRevenu.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer