Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurances : que se passe-t-il en cas de séparation ?

Boursorama avec Pratique.fr26/09/2016 à 12:10

En cas de séparation ou de divorce, il est important de gérer au mieux assurances et mutuelles. Voici quelques conseils clés pour vous aider à régler vos problèmes d'assurance lors d'une séparation.

La séparation implique un changement de contrat d'assurance

Le cas de l'assurance habitation et de l'assurance auto

Lors d'une séparation, la procédure de résiliation de l'assurance habitation dépend du titulaire du contrat. Si l'assurance est à votre seul nom, vous pouvez résilier le contrat à partir du moment où vous quittez le logement en question. Lorsque l'assurance a été souscrite par les deux conjoints qui se séparent, il est nécessaire de résilier en commun cette assurance.
Il est ensuite possible de souscrire librement un nouveau contrat d'assurance habitation en votre nom, avec le même assureur ou chez un concurrent. Vous devez veiller à bien assurer le nombre exact de personnes composant votre nouveau foyer. Cela aura un impact en cas de sinistre.
En matière d'assurance auto, la gestion de votre séparation obéit à des principes similaires. Si vous conservez la même voiture après la séparation, pensez à enlever le nom de votre ancien conjoint du contrat. Votre prime d'assurance en sera réduite d'autant. Si vous devez acquérir un nouveau véhicule, vous pouvez profiter du bonus obtenu lorsque vous étiez assuré avec votre ancien conjoint.
Dans tous les cas, séparations, divorces et changements matrimoniaux sont des motifs de résiliation suffisants à faire valoir auprès de votre assureur. Vous avez alors tout intérêt à lui demander de revoir ses tarifs à la baisse, dans la mesure où vous êtes désormais la seule personne assurée. Vous pouvez également profiter de votre nouvelle situation pour demander des devis à des assurances concurrentes.

Les conséquences d'une séparation pour l'assurance santé

Votre divorce ou séparation a également des répercussions sur vos assurances maladie et complémentaires santé. En cas de rattachement d'un conjoint sur le compte de sécurité sociale de l'autre, il est important de déclarer la séparation et de réaliser une mise à jour de votre carte Vitale. Cela permettra de séparer les remboursements et d'éviter d'éventuelles erreurs. Les enfants peuvent être rattachés sur les cartes Vitale de leurs deux parents, pour qu'ils soient couverts en toutes circonstances.
En matière de complémentaire santé, il est également indispensable de déclarer votre changement matrimonial ou votre séparation auprès de votre organisme gestionnaire. Il est souvent plus intéressant financièrement de ne rattacher vos enfants que sur un seul contrat de mutuelle, celui du parent qui en a la garde habituelle. Vous économisez ainsi le paiement d'une double prime.

Trucs & Astuces

En cas de séparation, votre assureur est en droit de vous demander de justifier le changement de votre situation matrimoniale avant de modifier votre contrat. Lorsqu'un divorce est prononcé, utilisez une copie du jugement comme justificatif ou une copie de votre livret de famille mis à jour. En cas de fin de concubinage, vous pouvez adresser à votre compagnie d'assurances une simple déclaration sur l'honneur. En cas de rupture de PACS, demandez auprès du tribunal d'instance de votre lieu de résidence un document officiel de « décision de fin de vie commune ».

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.