1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance vie : nos prévisions de rendements pour 2019
Le Revenu14/09/2019 à 07:31

Le rendement du fonds en euros va probablement baisser cette année. (© Adobestock)

À trois mois de la fin de l'année, les performances de la plupart des classes d'actifs dans le monde sont remarquables. Qu'en sera-t-il de votre contrat d'assurance vie en 2019 ? Les prévisions du Revenu pour les rendements du fonds en euros et des unités de comptes.

Un contrat d'assurance vie est composé du traditionnel support en euros, garanti en capital à tout moment, mais aussi pour les contrats multisupports de fonds, appelés unités de compte (UC) en assurance vie, qui permettent d'investir dans de nombreuses classes d'actifs comme les actions ou l'immobilier.

Contrairement au fonds en euros, les unités de compte ne sont pas garanties en capital, mais disposent d'un potentiel de performance supérieur.

Taux d'intérêt négatifs

Depuis trente ans, le support en euros voit son rendement baisser, au mieux stagner. Sans grande surprise, 2019 ne devrait pas voir la tendance s'inverser.

Pour trouver une explication, un simple regard du côté des taux d'intérêt suffit car un fonds en euros est en moyenne composé de 80% de titres obligataires (dont deux tiers d'entreprises et un tiers d'États).

Depuis fin juillet, la France emprunte à un taux d'intérêt négatif sur une maturité de dix ans (-0,20% le 13 septembre sur le marché secondaire). Autrement dit, les investisseurs acceptent de perdre de l'argent pour faire crédit à l'État français. Une situation inédite.

Pour mémoire, dix ans plus tôt, en pleine tempête financière, le taux évoluait à plus de 4%. La conséquence est inespérée pour les finances de l'État qui doit emprunter sur les marchés obligataires 200 milliards d'euros en

Lire la suite sur LeRevenu.com

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mcarre1
    14 septembre10:32

    Les gens pourraient être tentés d'arbitrer vers l'immobilier qui offre théoriquement de meilleurs rendements, mais c'est là que Macron les attend au coin du bois pour les détrousser avec une hausse des frais de mutation et une hausse de la taxe foncière, ...et qui sait pourquoi pas encore une hausse de la CSG?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer