Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Assurance vie : comment l’épargne investie sur un fonds en euros est-elle gérée ?
information fournie par Mingzi24/11/2021 à 06:00

Les fonds en euros classiques offrent à l’épargnant la garantie du capital et la liquidité de l’épargne à tout moment (Crédit photo: 123RF)

Les fonds en euros classiques offrent à l’épargnant la garantie du capital et la liquidité de l’épargne à tout moment (Crédit photo: 123RF)

Comment est gérée l'épargne investie sur le fonds en euros de votre contrat d'assurance vie ? Le site GoodValueforMoney.eu, spécialisé sur les assurances de personnes et les placements financiers, a analysé la composition des fonds en euros du marché à fin 2020.

Les fonds en euros « classiques »

Les fonds en euros classiques sont les plus répandus : ils offrent à l'épargnant la garantie du capital et la liquidité de l'épargne à tout moment, raison pour laquelle ils sont essentiellement composés d'obligations, actifs peu risqués et liquides. 

À fin 2020, les fonds en euros classiques sont en moyenne composés de 79,1 % d'obligations (contre 79,8 % fin 2019), de 9,1 % d'actions (contre 8,5 % fin 2019) et de 6,7 % d'immobilier (contre 7,1 % fin 2019). Les compagnies d'assurance vie ont donc un peu augmenté la poche de dynamisation de ces fonds en 2020.

Le rendement financier des fonds en euros classiques est évalué par GoodValueforMoney.eu (GVfM) à 2,16 % en 2020, une baisse de 0,42 % par rapport à l'année précédente et qui s'accélère en raison de la mauvaise performance des marchés actions en 2020. En effet, en 2019, la baisse enregistrée était de 0,33 %.

Les fonds en euros immobiliers
 
Les fonds euros immobiliers sont composés d'une part plus importante d'actifs immobiliers par rapport à un fonds en euros classique. L'objectif est d'obtenir un meilleur rendement tout en prenant un risque modéré. À fin 2020, ces fonds en euros sont composés en moyenne de 50 % d'obligations, 36,2 % d'immobilier et 6,7 % d'actions. 

Mais en raison des contraintes imposées par les nouvelles normes prudentielles Solvabilité II et leur impact sur la marge de solvabilité des compagnies d'assurance vie, ces fonds ne se développent plus : selon GVfM, « les encours correspondants sont désormais stagnants, la quasi-totalité des compagnies ayant désormais fermé le robinet des versements sur ces fonds ».

Les fonds en euros dynamiques

Le principe des fonds en euros « dynamiques » est d'augmenter la part investie en actifs risqués, en vue d'obtenir de meilleurs rendements. C'est pourquoi la performance peut être assez inégale d'une année sur l'autre et peut tomber à 0 % certaines années.

Selon GVfM, les fonds en euros dynamiques qui s'en sortent le mieux sont ceux qui possèdent l'une et/ou l'autre des deux caractéristiques suivantes :

  • une diversification sur les actions, mais également sur l'immobilier
  • un encadrement annuel des flux d'entrée et de sortie sur le fonds permettant au gérant financier de mieux gérer sa prise de risques sur l'exercice en cours.

 
À fin 2020, les fonds en euros dynamiques sont composés en moyenne de 63,8 % d'obligations (contre 70,4 % fin 2019), 12,2 % d'immobilier (contre 11,9 % fin 2019), 15,2 % d'actions (contre 8,0 % fin 2019). 
 
Au regard de l'évolution de la poche actions et de la bonne performance des marchés financiers en 2021, il est probable que les fonds en euros dynamiques délivrent de belles performances en 2021 après une année 2020 délicate.

Les fonds en euros de régime de retraite

Les fonds en euros « de régimes de retraite » correspondent notamment aux fonds en euros des Plans d'épargne retraite (PER) individuels ou d'entreprises. L'épargnant s'engeant sur une période d'investissement longue (10 à 30 ans), cela permet au gestionnaire financier de prendre plus de risque pour aller chercher plus de rendement.

Ainsi, le rendement financier de ces fonds est évalué à 3,21 % par GVfM en 2020, en baisse de seulement de 0,21 % par rapport à 2019.

À fin 2020, ils sont en moyenne composés de 71,4 % d'obligations, 15,3 % d'actions et 8,4 % d'immobilier.

Les fonds eurocroissance

Les fonds eurocroissance ne garantissent le capital qu'à l'échéance contractuelle prévue avec le client (8 à 10 ans la plupart du temps). Aussi, ces fonds peuvent diversifier davantage leurs actifs. À fin 2020, ils sont composés en moyenne de 60,3 % d'obligations (contre 67,9 % fin 2019), 1,6 % d'immobilier (contre 2,5 % fin 2019) et 34,5 % d'actions (contre 24,2 % fin 2019).
 
La variation importante de la composition moyenne de ces fonds entre 2019 et 2020 est liée au fait que les fonds eurocroissance sont de création récente et que leurs encours connaissent des variations importantes d'une année sur l'autre.

7 commentaires

  • 29 novembre17:54

    -> Zian : tout à fait. Sur un horizon de 5 ans ou plus, les grandes classes d'actifs les plus à même de protéger le pouvoir d'achat des épargnants sont les actions (fonds indiciels par exemple) et l'immobilier.Quelle que soit l'évolution des taux, les obligations de qualité (investment grade) seront très probablement moins intéressantes, sauf - comme d'habitude - si les objectifs financiers et/ou le profil de risque de l'épargnant exige des obligations de qualité.


Annonces immobilières