1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Arrêt maladie : La CPAM peut stopper les versements si vous êtes absents, quelle que soit la raison
Boursorama avec Newsgene10/07/2019 à 10:30

La Cour de cassation (illustration). (Flickr / Elliott Brown)

La Cour de cassation a donné tort à un assuré qui poursuivait la CPAM après l'arrêt du versement de ses indemnités journalières d'arrêt maladie. Il ne se trouvait pas chez lui quand le contrôleur est passé le voir et l'Assurance maladie a donc interrompu le versement d'indemnités. Mais la Cour de cassation a considéré qu'il ne s'agissait pas d'une « sanction », mais d'une simple réévaluation de la situation de l'assuré, et qu'elle ne pouvait donc pas juger du caractère excessif ou abusif de cette décision.

Les litiges concernant la restitution des indemnités journalières ou leur privation ne peuvent pas être réglés par la justice. Selon la Cour de cassation, l'obligation de restituer des indemnités journalières ou leur privation en cas de non-respect des heures de sortie au cours d'un arrêt maladie ne sont pas des « sanctions ». Il est donc inutile de saisir un juge pour espérer un allégement de la décision.

Les conditions de versement des indemnités n'étaient plus remplies

Une caisse avait cessé le versement d'indemnités à un assuré qui était absent au moment où le contrôleur de la CPAM a sonné chez lui. L'assuré a porté l'affaire devant le tribunal des affaires de Sécurité sociale, qui a jugé que la « punition » était trop sévère. Il a aussi soutenu que l'assuré s'était absenté pour des raisons valables et qu'il n'avait pas été à nouveau contrôlé.

Mais la Cour de cassation lui a donné tort. Pour les juges, du fait de ces manquements, l'assuré ne remplissait plus les conditions pour avoir droit au versement. Il ne s'agissait donc pas d'une sanction mais d'une réévaluation de la situation. En effet, le service des indemnités journalières est subordonné au respect des obligations légales, selon la Cour. Pour en toucher, il faut donc ne pas exercer d'activité durant l'arrêt, respecter les heures de sortie, ne pas s'éloigner de son domicile, etc.

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    13 juillet10:32

    Et encore la SS est devenue intelligente, il y a plus de 30 ans en hiver les heures de sorties étaient de 16h à 18h, oh joie avec une patte cassée d'aller prendre l'air la nuit !!!!!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer