Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Un chef d'entreprise touche le chômage partiel après avoir créé des emplois fictifs, il est emprisonné
information fournie par Boursorama avec Newsgene19/07/2021 à 11:16

Ce chef d'entreprise avait déjà été condamné à de multiples reprises.  (Pixabay / AJEL)

Ce chef d'entreprise avait déjà été condamné à de multiples reprises. (Pixabay / AJEL)

Un homme âgé d'une trentaine d'années a été condamné par la cour d'appel d'Angers jeudi 15 juillet à trois ans de prison car il a détourné de l'argent après avoir créé une dizaine d'emplois fictifs. Avec l'aide d'un complice, celui-ci avait détourné près de 240.000 euros.

Un chef d'entreprise a été condamné à trois ans de prison par la cour d'appel d'Angers, jeudi 15 juillet, après avoir détourné de l'argent du chômage partiel, rapporte Ouest-France. L'homme d'une trentaine d'années avait utilisé cet argent afin d'alimenter son compte bancaire. Sa peine s'est vue doubler après qu'il a fait appel.

Des dizaines de faux profils

Le fraudeur avait mis en place une arnaque dans laquelle il a créé des emplois fictifs afin de percevoir la somme d'argent. Ce gérant d'une entreprise de scooters électriques avait déjà été condamné par la justice en mars dernier pour d'autres motifs.

L'affaire était remontée jusqu'à la police par le biais d'une autre enquête. Au mois de décembre dernier, lui et son associé avaient décidé d'empocher ces aides sociales après avoir créé une dizaine de faux profils. Ils sont également allés jusqu'à créer de faux papiers d'identité. Au total, ils ont volé un peu moins de 240.000 euros.

Condamné une trentaine de fois

Au total, l'individu a quatre mentions pour escroquerie sur son casier judiciaire. Il a été condamné à une trentaine de reprises. Près de 100.000 euros ont ainsi été retrouvés sur son compte en banque. Il aurait en partie payé la pension alimentaire de sa femme et remboursé des dettes d'argent avec, précise Ouest-France.

7 commentaires

  • 19 juillet13:54

    Cela vaut la peine d'essayer: un sur 300 est pris et les autres empochent.


Annonces immobilières