Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Retraite : un départ décalé à 64 ans pourrait coûter très cher à l'État
information fournie par Boursorama avec Newsgene28/01/2022 à 09:00

Le report de l'âge légal du départ à la retraite ne serait pas sans conséquence pour les finances publiques. (Pixabay / Geralt)

Le report de l'âge légal du départ à la retraite ne serait pas sans conséquence pour les finances publiques. (Pixabay / Geralt)

Selon le conseil d'orientation des retraites (Cor), un report de l'âge légal du départ à la retraite de 62 à 64 ans n'aurait pas qu'un impact sur les finances du régime. En effet, une telle mesure entraînerait également une augmentation des dépenses de prestations sociales ainsi que celles de l'assurance chômage.

Le report de l'âge légal du départ à la retraite de 62 à 64 ans figure au programme de plusieurs candidats à l'élection présidentielle, avec la volonté affichée de remettre le régime à l'équilibre. Mais, selon le conseil d'orientation des retraites (Cor), une instance composée de parlementaires, de partenaires sociaux, d'experts et de retraités, ce changement ne serait pas sans conséquence, rapporte Capital mardi 25 janvier.

Une hausse des prestations sociales de 3,6 milliards d'euros

Une étude menée par la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) commandée par le Cor estime que ce report de l'âge légal du départ à la retraite générera une augmentation des dépenses de certaines prestations sociales, notamment de la pension d'invalidité, avec une hausse du nombre de bénéficiaires de 160 000 par an.

« L'invalidité concerne en effet presque une personne sur 10 juste avant la retraite » , souligne l'organisme. Au total, l'augmentation des dépenses de prestations sociales due à une telle mesure est estimée à 3,6 milliards d'euros, en se basant sur la situation et les chiffres de 2019. Les autres prestations fortement concernées seraient le revenu de solidarité active (RSA), l'allocation adulte handicapé (AAH), l'allocation de solidarité spécifique (ASS), sans oublier les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale.

Des chiffres à prendre avec précaution

Mais une mesure de ce type aurait aussi des conséquences sur l'assurance chômage. Selon une note de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), avec un report de deux ans de l'âge de départ à la retraite, « les dépenses d'allocation de retour à l'emploi (ARE) et d'allocation de retour à l'emploi formation (AREF) auraient été rehaussées d'environ 1,3 milliard d'euros en 2019 » .

Toutefois, ces chiffres sont à prendre avec précaution car ils sont basés sur une situation antérieure et ne prennent en considération que les effets à long terme, pas forcément ceux à court terme.

19 commentaires

  • 28 janvier07:28

    Article orienté donc biaisé.... une assurance est une assurance et ne devrait pas rentrer ds leur calcul


Annonces immobilières