Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retard d'avion : pour être indemnisé, il faut prouver qu'on était à bord

Le Figaro20/03/2018 à 13:02

Le 14 février dernier, la Cour de cassation a estimé que l'enregistrement en ligne n'était pas suffisant pour prouver la présence des passagers dans un avion. Une décision qui va permettre aux compagnies d'éviter d'indemniser leurs passagers.

Une mauvaise nouvelle pour les adeptes du tout en ligne: il va être -encore- plus difficile de se faire indemniser en cas de problème sur un vol. En effet, la Cour de cassation a estimé qu'une réservation et un enregistrement en ligne ne constituaient pas des preuves suffisantes pour établir la présence d'un passager à bord, libérant ainsi la compagnie aérienne de son obligation de l'indemniser en cas de retard.

» LIRE AUSSI - Indemnisations: la galère des passagers aériens pour faire valoir leurs droits

Dans l'affaire soumise aux juges, une famille avait acheté en ligne trois billets pour un vol aller-retour Paris-Miami assuré par la compagnie XL Airways France. L'aller s'était passé normalement, mais au retour l'avion avait accusé un retard de plus de cinq heures. La famille avait donc demandé à la compagnie une indemnisation comme le prévoit la réglementation de l'Union européenne pour tout retard supérieur à trois heures.Demande rejetée par la juridiction d'Aulnay-sous-Bois, au motif que les trois passagers n'ont pas fourni la preuve qu'ils étaient bel et bien montés à bord de l'avion retardé. Sûre de son bon droit, la famille porte l'affaire jusqu'en cassation. Mais, dans un arrêt du 14 février 2018, les juges ont une nouvelle fois donné raison à la compagnie aérienne. Motif retenu: «les requérants ne produisent pas d'éléments de preuve tangibles attestant qu'ils aient embarqué et subi le retard prétendu de 5 heures à l'arrivée».

Se prendre en photo avec les stewards

La famille n'avait, en effet, adressé à la compagnie aérienne qu'une copie de sa réservation électronique, ainsi qu'une attestation de retard du vol concerné, lors de sa demande d'indemnisation. Des pièces insuffisantes selon la Cour qui explique: «si les billets électroniques établissent le droit au transport avec une réservation qui a été acceptée et enregistrée [...], ils n'établissent pas pour autant la preuve qu'ils se soient présentés à l'aéroport ou aient emprunté l'aéronef sur le vol litigieux». Pas d'indemnisation pour la famille donc. Et peut-être bientôt pour de nombreux passagers car cette décision émanant de la plus haute autorité juridique du pays pourra être utilisée par les compagnies aériennes dans d'autres affaires similaires. Avec l'augmentation des enregistrements en ligne, ce précédent peut permettre aux compagnies de refuser un grand nombre d'indemnisations en cas de retard ou d'annulation.

» LIRE AUSSI - Avion annulé ou retardé: les cartes bancaires aident les passagers à se faire indemniser

Toutefois, selon l'UFC-Que choisir, il existe quelques astuces pour se protéger des abus des compagnies aériennes et prouver que vous étiez bel et bien à l'aéroport à l'heure de l'embarquement. Si certaines paraissent assez évidentes comme enregistrer un bagage en soute ou prendre un café dans la zone d'embarquement et garder le ticket de caisse, d'autres sont plus créatives. L'association de consommateurs affirme que se prendre en photo devant la porte d'embarquement avec le numéro de vol bien en évidence ou avec le personnel, les hotesses ou même le pilote peut constituer une preuve.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.