Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Remous autour de l'étiquetage nutritionnel de Carrefour

Le Figaro14/10/2014 à 08:00

La communauté scientifique estime que les logos que le distributeur veut inscrire sur ses produits à marque propre induit le consommateur en erreur.

Une fois par jour, deux fois par jour, trois fois par jour ou de temps en temps. En annonçant le 24 septembre son projet d'inscrire des indications de fréquence de consommation recommandées sur ses produits à marque propre, Carrefour voulait «montrer l'exemple». Et «faire avancer le débat» sur l'épineuse question de l'étiquetage nutritionnel des produits alimentaires. Le distributeur prévoit d'apposer sur 600 à 700 de ses produits des logos de couleur en forme de triangle inversé (vert, bleu, jaune, violet) pour guider les clients à partir de janvier.

La proposition fait suite à la volonté émise à la mi-année par Marisol Touraine d'adopter un système d'étiquetage unifié. À l'époque, la ministre de la Santé, qui présente mercredi son projet de loi de santé dont l'étiquetage nutritionnel est une mesure importante, avait fait appel à toutes les bonnes volontés pour être force de proposition. Carrefour avait saisi la balle au bond, préférant être proactif. Le distributeur espérait même que le ministère, les industriels et d'autres distributeurs reprennent son dispositif.

Si les scientifiques estiment «louable» l'intention du distributeur, nombre d'entre eux sont sévères sur ses pictogrammes. Selon 33 sociétés et associations savantes ayant signé lundi une tribune dans le Journal international de médecine, les indications de fréquence seraient «indéfendables» du point de vue de la science. Et ce malgré le comité de cinq experts recrutés par Carrefour pour mettre en place les logos et noter les produits.

Feu rouge jugé dissuasif

«C'est un mauvais message lancé aux consommateurs, qui ont l'impression que l'on peut consommer tous les jours des pizzas au fromage ou deux fois par jour des desserts stracciatella, déplore le professeur Serge Hercberg à l'Inserm, dont les travaux ont pourtant inspiré en partie l'initiative de Carrefour. L'enseigne a supprimé le rouge de son système, alors même que des études consommateurs ont montré que cette couleur n'avait pas d'effet culpabilisant», poursuit l'universitaire, qui défend un système basé sur un «traffic light» à 5 couleurs, du vert au rouge.

Ce n'est pas la première fois qu'un distributeur se heurte à des difficultés sur le sujet: «Cet exercice difficile prête toujours à la critique, analyse le porte-parole d'une autre enseigne. Il faut d'abord se mettre d'accord sur ce que l'on va dire et surtout comment on va le dire.»

Pour Carrefour, le système de «traffic lights» reste trop stigmatisant pour les produits les plus gras ou les plus sucrés. Cette approche utilisée dans l'électroménager ou l'automobile avait d'ailleurs été rejetée par Bruxelles pour l'alimentaire, il y a quatre ans.

L'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation) rendra fin novembre ses conclusions sur la faisabilité technique d'un tel dispositif, directement inspiré de Grande-Bretagne. Un système de feu multicolore sur lequel la ministre ne s'est pas encore prononcée. En attendant une éventuelle solution imposée, Carrefour n'a pas l'intention de retirer son projet.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.