Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quels placements choisir pour faire prospérer son épargne?

Le Figaro13/06/2014 à 09:01

Une fois la résidence principale acquise, premier pas dans la constitution d'un patrimoine, plusieurs produits se révèlent intéressants pour assurer son avenir.

Incertitude sur le financement des retraites, morosité économique, la conjoncture actuelle incite davantage à être fourmi que cigale. Une fois devenu propriétaire de sa résidence principale, il est déjà temps de préparer l'avenir et d'optimiser le placement de ses économies pour garantir ses revenus. Pour la majorité des Français, le premier réflexe est de se tourner vers les produits grand public, garantis et défiscalisés que sont le livret A et le livret de développement durable (LDD). «L'avantage de ces produits est qu'ils sont faciles à comprendre, qu'ils ne génèrent pas de frais à l'ouverture et sont entièrement défiscalisés», explique Lionel Viennois, associé chez Optima Retraite. Mais surtout, ajoute-t-il, il s'agit d'épargne disponible immédiatement. «Les livrets ne sont certes pas folichons sur le plan du rendement (1,25 % pour le livret A et le LDD, NDLR), mais cela paie la réparation de la voiture en cas de besoin», résume Emmanuel Grimaud, président de Simul-retraite.fr. L'épargne de précaution est donc une première option à ne pas négliger.

Racheter des trimestres de retraite

Avec les taux de crédit immobilier historiquement bas, le plan épargne logement (PEL) a en revanche perdu de son intérêt, d'autant plus qu'«avec la nouvelle législation, les fonds sont fiscalement pénalisés à leur sortie», regrette Lionel Viennois, qui recommande de passer très vite à l'étape suivante. Pour Emmanuel Grimaud, «la priorité est de regarder si l'on peut racheter des trimestres de retraite. Les tarifs sont actuellement très attractifs. L'un de mes clients vient de débourser 21.000 euros pour acquérir des trimestres qui lui permettront d'augmenter sa retraite de 5000 à 10.000 euros par an. Pour obtenir la même rente avec un Perp (plan d'épargne retraite populaire), il faudrait mettre 300.000 euros sur la table», assure-t-il.

Mais pour l'ensemble des conseillers, le placement phare reste l'assurance-vie. Contrairement aux idées reçues, il ne paralyse pas l'argent, qui peut être débloqué à tout moment moyennant une fiscalité encore attractive. Ces contrats permettent de compléter sa pension de retraite grâce à des rachats programmés relativement épargnés fiscalement et surtout de transmettre jusqu'à 152.500 euros à ses héritiers en franchise d'impôts. «Pour souscrire un contrat d'assurance-vie, le plus tôt est le mieux», confirme Vincent Cudkowicz, directeur général de Bienprevoir.fr. Le produit financier est néanmoins un vrai «couteau suisse» dans lequel peuvent se glisser plusieurs types de placements. Si Vincent Cudkowicz souligne l'intérêt des nouveaux contrats élaborés ces dernières années, qui proposent des rendements supérieurs grâce à des «poches d'actions» ou d'«obligations adossées à de grandes entreprises», Lionel Viennois ne jure que par les fonds en euros, basés sur des obligations d'État sans risque. «En matière d'argent, il y a une règle d'or: ce que l'on ne comprend pas, on ne le fait pas», explique-t-il.

Quant à se lancer dans l'immobilier locatif, l'explosion des prix et le marché atone rendent les experts dubitatifs. «L'immobilier est l'un des supports les plus rentables, mais actuellement il faut bien faire les comptes. 200.000 euros placés sur un contrat d'assurance-vie rapportent en moyenne 3 %, soit 6000 euros par an, alors que les loyers perçus grâce à la location d'un appartement de la même valeur sont lourdement taxés», assure Lionel Viennois.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.