Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Privatisations: de nouvelles opportunités d’investissement boursier
information fournie par Le Particulier25/03/2019 à 13:00

bellena/Shutterstock / bellena

bellena/Shutterstock / bellena

Le projet de loi PACTE (Plan d’Action pour la croissance et la transformation des entreprises) a été présenté en juin. Il comporte un volet portant sur la vente des participations de l’Etat dans trois entreprises : Groupe ADP (ex-Aéroports de Paris), Française des Jeux et Engie.

Des privatisations destinées au financement de l’innovation

Pour Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, «il est indispensable de redéfinir la place de l'Etat dans notre économie. Souhaitons-nous un Etat qui se contente de toucher des dividendes ou un Etat-stratège qui prépare l'avenir?».

En effet, le fruit de ces privatisations est destiné à financer un fonds pour l’innovation de rupture, selon le souhait du Président de la République. Ce dernier sera doté de 10 milliards €, dans un premier temps. La vente des participations de l’Etat devrait rapporter quant à elle 15 milliards €, selon les estimations actuellement retenues.

32 années de privatisations

Les privatisations ont commencé en 1986 sous le gouvernement de cohabitation dirigé par Jacques Chirac après la vague de nationalisations consécutive à l’élection en 1981 de François Mitterrand à la Présidence de la République. Entre 1986 et 1988, les entreprises Saint-Gobain, Paribas, TF1, Havas, Suez ou encore Matra ont été privatisées. Ces privatisations, très médiatisées, ont permis de développer l’actionnariat populaire. Ce processus de désengagement de l’Etat s’est poursuivi jusqu’à maintenant, à un rythme de moins en moins soutenu. Au 30 juin 2018, le montant des participations de l’Etat était évalué à 78,5 milliards € (source APE).

Trois entreprises sont concernées

Il s’agit de Groupe ADP, ex-Aéroports de Paris (exploitation des aéroports d’Orly, de Roissy-Charles de Gaulle et du Bourget), de la Française des Jeux (loteries et jeux de hasard) et d’Engie, ex-GDF Suez (fournisseur de gaz et d’électricité). L’Etat français est présent au capital de ces groupes à hauteur respective de 50,6%, 72 % et 24,1 %.

A savoir

L’ampleur des privatisations annoncées reste à définir. D’ores et déjà, le gouvernement a indiqué vouloir conserver une minorité de blocage dans le capital de La Française des Jeux.

Une équation budgétaire à prendre en compte

Cette liste d’entreprises privatisables va peut-être s’étoffer. En effet, le ralentissement de la croissance économique complique l’équation budgétaire du gouvernement. L’objectif retenu par ce dernier (hausse du PIB de +1,7 % en 2019) semble difficilement atteignable. L’Insee et la Banque de la France tablent sur une hausse de l’activité de respectivement +1,3 % et +1,5 % pour l’année en cours.

Or l’exécutif doit donner des gages aux autorités européennes en matière de réduction des déficits. Des économies devraient être annoncées, mais le gouvernement risque d’être tenté par la vente de nouvelles participations, faute de recettes fiscales suffisantes.

Relancer l’actionnariat populaire

Le gouvernement souhaite relancer l’actionnariat populaire. Certaines mesures de la Loi de Finances 2018, comme la mise en place du Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), vont d’ailleurs en ce sens.

Ce nouveau programme de privatisations constitue une nouvelle étape dans cette direction. Désormais, il reste à donner envie aux Français de devenir ou de redevenir actionnaires. Les dernières sociétés privatisées (EDF et France Télécom, devenue Orange) ayant connu un parcours boursier tumultueux, il y a fort à faire.

A savoir

Entre 2007 et 2018, le nombre de Français détenant des actions est passé de 7 millions à 3,9 millions.

Les privatisations de Groupe ADP, de la Française des Jeux et d’Engie sont programmées. Cette liste pourrait s’étoffer. Les recettes de ces privatisations sont destinées en priorité à financer un fonds d’investissement pour l’innovation. Par ce biais, le gouvernement entend aussi développer l’actionnariat populaire.

3 commentaires

  • 25 mars14:45

    Mes deux commentaires supprimés ?


Annonces immobilières