1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pression fiscale record dans l'OCDE en 2017, la France en tête

Reuters06/12/2018 à 08:29

PRESSION FISCALE RECORD DANS L'OCDE EN 2017, LA FRANCE EN TÊTE

PARIS (Reuters) - La pression fiscale a atteint l'an dernier un niveau record dans la zone OCDE et la France est passée devant le Danemark en termes de poids des prélèvements obligatoires, selon un rapport de l'Organisation de coopération et de développement économiques publié mercredi.

L'an dernier, les prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) ont représenté 34,2% du produit intérieur brut (PIB) en moyenne dans les 36 pays membres de l'OCDE, contre 34,0% en 2016.

Il s'agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis que l'organisation basée à Paris a commencé à compiler ces données fiscales en 1965.

Selon le rapport de l'OCDE, la France, avec un taux de prélèvements atteignant 46,2% du PIB en 2017 (+0,7 point par rapport à 2016), a ravi la première place au Danemark, où la pression fiscale s'est élevée à 46,0% l'an dernier (-0,2 point par rapport à 2016). Suit la Belgique, avec un ratio de 44,6% en 2017 (+0,5 point).

Ces conclusions ne devraient pas contribuer à apaiser la contestation des "Gilets jaunes", qui envisagent de poursuivre leur mouvement malgré la suspension de six mois annoncée mardi par le gouvernement pour trois mesures fiscales qui devaient entrer en vigueur le 1er janvier, dont la hausse de la taxe carbone.

A l'autre extrémité du classement, le Mexique affiche une pression fiscale représentant 16,2% du PIB.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

33 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jpam
    06 décembre21:03

    Donc les GJ ont raison. Sans menaces, sans pression, sans violence rien n'avance.

    Signaler un abus

  • clam92
    06 décembre11:04

    Cela ne sert pas à grand chose de tout casser , car qui va payer la facture , c'est nous , enfin ceux qui payent des impôts . Les loubards et casseurs ne savent pas ce que c'est l'impôt . Ce matin j'entendais quelqu'un dire qu'ils voulaient aller à l'Elysée et après , ils vont casser et cela changera quoi ? la facture sera encore plus élever . C'est ridicule de penser comme cela. En bloquant l'économie c'est suffisant pour se faire entendre

    Signaler un abus

  • lutrich
    05 décembre18:12

    L'ISF. fond de commerce de la gauche, est l'impôt imbécile qui fait fuir ceux qui savent créer de la richesse en entreprenant. On peut évaluer les milliards qui se sont évaporés, mais pas la démotivation des entrepreneurs et les bas de laine gelés dans les tiroirs pour ne pas subir la taxe.

    Signaler un abus

  • lutrich
    05 décembre18:07

    Ils ont chassés les. " riches. " pendant plus de 50 ans avec l'ISF. Ce manque à gagner fiscal c'est tous les autres Français qui doivent le financer. Car c'était à la louche. 15% de citoyens qui payaient. 75% des rentrées fiscales..... Avec ce qui se passe ils ne sont pas prêts de revenir.

    Signaler un abus

  • M7097610
    05 décembre17:53

    on paie 2008 quand l'endettement est passé de 60 à 100 % du PIB. Maintenant, c'est aux prolos de payer car les autres partent ou sont déjà partis !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer