Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mur mitoyen: le conseil du notaire pour éviter les conflits

Le Figaro20/10/2015 à 18:29

Le Figaro Immobilier, en partenariat avec les notaires de France, répond aux questions que vous vous posez. Cette semaine, Maitre Sihem Locate se penche sur l’usage d’un mur mitoyen, son entretien et ses transformations.

Pour parler de mur mitoyen, il faut que celui-ci soit commun à deux propriétaires distincts et qu’il sépare leurs deux propriétés. Le mur est «conçu mitoyen» lorsqu’il a été édifié à l’origine à frais communs après accord des voisins entre eux, à cheval sur la ligne qui sépare leur propriété.

Si le mur est construit à cheval sur la ligne de séparation avec l’accord du voisin mais au frais d’un seul d’entre eux, il n’est pas mitoyen à l’origine mais il a vocation à l’être. Le voisin pourra acquérir la mitoyenneté par la suite en ne payant que la valeur du mur.

Enfin, si le mur est construit à cheval sur la ligne séparative au frais d’un seul des voisins mais sans l’accord de l’autre, il y a alors empiètement illicite sur la propriété du voisin, la victime de l’empiètement pourrait alors demander la démolition du mur.

Travaux nécessitant le consentement du copropriétaire

Reste ensuite à connaître les droits découlant de cette mitoyenneté. Il y a d’abord un droit d’usage. Un copropriétaire peut ainsi utiliser le mur pour des usages divers pour peu qu’ils restent conformes à la destination des lieux. Il peut y adosser ou appuyer des plantations, des treillages, installer un cadran solaire, un hangar. Il peut même céder la jouissance du mur à un tiers. dans tous les cas de figure, l’usage du mur ne doit pas aboutir à sa dégradation, ni causer de préjudice à son copropriétaire.

Dans certains cas, les travaux nécessitent le consentement du copropriétaire, notamment pour les constructions prenant appui sur le mur mitoyen ou pour la création d’ouvertures. En l’absence d’accord du voisin, les ouvrages illégalement construits peuvent être démolis sur ordre du juge. Et si l’un des copropriétaires souhaite réaliser sur le mur des travaux non nécessaires alors que le mur existant est en bon état, les frais seront supportés par lui seul.

Surélévation abusive quand il y a volonté de nuire

Chacun des copropriétaires a la possibilité de surélever le mur existant sans qu’il ait besoin de faire valoir une raison particulière, à moins qu’il ne se heurte à un droit contraire du voisin ou à une règlementation impérative (comme une servitude «non altius tollendi»). Mais si l’on prouve une intention de nuire d’un des voisins, l’exercice de ce droit peut être déclaré abusif. La surélévation est, en principe, soumise à l’accord du voisin. Quant aux frais d’entretien de la partie surélevée, ils seront supportés par l’auteur de l’ouvrage surélevé.

Concernant l’entretien, les voisins doivent se mettre d’accord pour effectuer les travaux. A défaut, une autorisation de justice sera nécessaire. Si l’un des copropriétaires a effectué seul les travaux sans avoir demandé l’accord préalable du voisin, il ne pourra en principe pas lui demander le remboursement de la moitié.

A noter: la mitoyenneté ne peut pas s’éteindre par le non-usage. Elle peut seulement s’arrêter par la disparition de la chose, l’accord des partie ou l’effet d’une expropriation, voire par une prescription acquisitive (c’est le cas notamment pour l’appropriation d’un mur par possession pendant 30 années).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.