Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Logement : 30 ans d'évolution en 6 graphiques

Le Figaro21/02/2017 à 20:11

INFOGRAPHIE - L’Insee s’est penchée sur trente ans d’évolution des conditions de logement en France. Il y a du mieux, mais pas pour tout le monde.

• En trente ans, les Français ont gagné de l’espace

En trente ans, chaque Français a gagné 9 m2 dans son logement. Le nombre de m2 par personne est passé de 31 en’84 à 40 en 2006, et est resté stable depuis. Un chiffre qui peut faire rêver bien des Parisiens!

Si les logements semblent s’être agrandis, c’est en partie parce que le nombre de personne par ménage a diminué, notamment en raison du vieillissement de la population. Et aussi parce que la construction de logements a été plus rapide que l’augmentation de la population, comme le montre le graphique ci-dessous:

• ... Mais le surpeuplement concerne encore certains

Selon l’Insee, un couple avec deux enfants a besoin de 18 m2 par personne, soit 72 m2 à quatre. En dessous de cette surface, l’institut considère que le logement est surpeuplé. Le surpeuplement touche aujourd’hui 8% de la population, soit deux fois moins qu’en’84.

Mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Les personnes disposant de plus d’espace dont elles ont besoin sont de plus en plus nombreuses - ce sont souvent des personnes plutôt âgées dont les enfants sont partis mais qui n’ont pas changé de logement. Parallèlement, les habitants des zones tendues rencontrent toujours des difficultés à se loger et sont plus nombreux à souffrir du surpeuplement. Ils sont ainsi 21% dans la zone urbaine de Paris contre 8% dans l’Hexagone.

• Des logements plus confortables

Depuis trente ans, les logements ont gagné en confort. Qui se souvient encore qu’au début des année’80, un logement sur cinq ne disposait pas de sanitaires et qu’un quart n’offrait ni douche ni baignoire? Aujourd’hui, seuls 3% des ménages déplorent un défaut grave de leur logement.

• Les Français sont plus souvent propriétaires...

La proportion de Français propriétaires a régulièrement progressé ces dernières décennies. Ils étaient 58% en 2013 contre environ 50% en’73. La forte hausse des prix de l’immobilier depuis le début des années 2000 n’a paradoxalement pas obéré leur capacité d’achat. La raison? Les taux de crédit ont baissé et les ménages s’endettent aujourd’hui sur des durées plus longues...

• ... Mais le taux d’accès diminue surtout depuis 2008

Le taux d’accès est un indicateur du nombre de ménages qui sont devenus propriétaires sur les quatre dernières années. Depuis le début des années 2000, le taux d’accès des ménages diminue. Ce taux a particulièrement baissé depuis 2006. Un possible effet de la crise économique. Tous les ménages ne sont cependant pas logés à la même enseigne. Les ménages de moins de 30 ans ne sont par exemple pas touchés par ce phénomène.

• Les inégalités se creusent entre propriétaires et locataires

Alors que les revenus des propriétaires et des locataires étaient très proches dans les années’70, ils n’ont cessé depuis de diverger. Les propriétaires pauvres, nombreux il y a quelques décennies, sont aujourd’hui marginaux. Quant aux locataires qui ont les moyens d’acheter un logement... ils achètent! Ceux qui restent locataires sont ceux qui n’ont pas le choix de l’être du fait de la faiblesse de leurs revenus.

• Les charges des locataires s’accroissent alors que leurs revenus stagnent

Les loyers ont augmenté plus vite que les revenus depuis’84. Si bien que la part de revenu consacré par les locataires à leurs dépenses de logement n’a cessé d’augmenter, passant de 23,6% en 2001 à 28,4% en 2013. L’Insee a toutefois arrêté ses calculs en 2013, et ils ne tiennent donc pas compte de l’accalmie des loyers, qui ont même été orienté à la baisse en 2015.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.