1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les taux de crédit immobilier accélèrent leur remontée
Le Figaro03/06/2020 à 11:34

La hausse des taux de crédit immobilier s'accélère. En mai, ils s'élèvent à 1,25% (Crédits photo : Rawpixel - )

Le taux moyen passe de 1,18% en avril à 1,25% en mai, toutes durées confondues.

La hausse des taux de crédit immobilier s'accélère. En mai, ils s'élèvent à 1,25%, toutes durées et marchés (ancien et neuf) confondus, selon l'Observatoire Crédit logement/CSA. Un mois plus tôt, ils s'affichaient à 1,18%. Du jamais vu depuis plus de deux ans! Pour les ménages dont les revenus ont été impactés par la crise, c'est la double peine.

La pilule est d'autant plus difficile à avaler que les prix de l'immobilier ne baissent toujours pas. Il est vrai qu'il faut attendre encore 2-3 mois avant que les nouveaux dossiers soient finalisés. C'est à ce moment-là que l'on saura si la crise a un impact à la baisse sur les prix. Par ailleurs, si la remontée des taux se confirme, on peut s'attendre à ce qu'à défaut de diminuer, les prix n'augmentent plus. Pour le top 10 des grandes villes, le site Meilleursagents a ainsi constaté un net ralentissement dans ce domaine: +1,3% depuis le début de l'année contre +21% sur 5 ans (soit +4% par an).

Les futurs acheteurs immobiliers doivent croiser les doigts. Car, du côté du crédit, même si les taux restent encore très bas, l'heure est plutôt à l'inquiétude. Tout d'abord parce que les banques se montrent sélectives. «L'accès aux prêts immobiliers se détériore. La défiance du secteur bancaire sur la reprise économique engendre une approche sélective. Les primo-accédants en sont les premières victimes», déplore Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l'immobilier sur Twitter.

Une situation que le ministre chargé de la Ville et du logement va suivre de près. «L'accession à la propriété ne doit pas être réservée à quelques-uns, met en garde Julien Denormandie, interrogé par Le Figaro Immobilier. Elle doit être accessible à tous, même aux ménages modestes. Il ne doit pas y avoir de frilosité dans l'octroi des prêts immobiliers».

Aux dires de certains courtiers, les banques seraient plus prudentes que l'an passé et regarderaient avec plus d'attention le secteur d'activité des emprunteurs. «Il n'y a pas de liste rouge pour les secteurs d'activité mais on peut envisager que les dossiers d'un régisseur dans l'événementiel ou un salarié de Renault seront étudiés avec plus de précautions que l'an dernier, reconnaît Maël Bernier, de Meilleurtaux.com. On ne peut pas reprocher aux banques de ne pas prêter à des ménages non finançables».

Le contingent de dossiers refusés risque de grossir dans le futur. Outre la détérioration du contexte économique et l'exigence accrue des banques, le taux d'usure baisse. Un terme un peu «barbare» pour le grand public. Il s'agit du taux, tous frais compris, au-delà duquel la loi interdit à une banque de prêter. Or, depuis le troisième trimestre 2019, il est en chute libre, passant de 2,97% à 2,51% pour les prêts de 20 ans et plus. Ce qui exclut beaucoup de ménages de l'accession à la propriété, faute de financement.

L'économiste Michel Mouillart a chiffré leur nombre à 200.000 d'ici fin 2021. «Le taux d'usure pose un problème crucial», déplore l'Association professionnelle des intermédiaires en crédit qui appelle Bercy à le relever craignant que l'exclusion des ménages «s'intensifie». Dans un contexte de tendu avec un risque de chômage de masse, le ministère estime que cette hausse ne serait pas opportune et risque d'accroître le surendettement des ménages.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer