Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Les logements neufs ne trouvent pas preneurs, certains promoteurs proposent des ristournes aux acheteurs
information fournie par Boursorama avec Newsgene 18/11/2022 à 17:41

Parmi les appartements commercialisés, 4,5 % sont déjà construits et n'ont toujours pas trouvé d'acheteurs. (Dimitrisvetsikas1969 / Pixabay )

Parmi les appartements commercialisés, 4,5 % sont déjà construits et n'ont toujours pas trouvé d'acheteurs. (Dimitrisvetsikas1969 / Pixabay )

Les stocks de logements neufs s'accumulent et certains appartements déjà disponibles n'ont toujours pas trouvé preneurs. De quoi forcer les promoteurs à proposer des ristournes.

Les ventes d'appartements neufs sont en chute libre. Au troisième trimestre 2022, en un an, on compte 29,3 % de ventes en moins. Dans le même temps, il y a moins de logements proposés à la vente (-12,4 %). La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) n'en revient pas. Son président, Pascal Boulanger déclare qu'il s'agit de la « pire année » d'exercice pour les professionnels, rapporte Capital .

Des bonnes affaires à Dijon et à Lyon ?

On note aussi que les stocks de logements à vendre augmentent depuis le début de l'année, passant d'environ 82 300 au premier trimestre, à 87 800 au deuxième trimestre, pour terminer à 90 600 logements au troisième trimestre. Autres chiffres intéressants, parmi les appartements commercialisés, 4,5 % sont déjà construits et n'ont toujours pas trouvé d'acheteurs. Un problème pour les promoteurs qui ont besoin d'écouler les stocks pour financer de nouveaux programmes immobiliers.

Ainsi, les promoteurs n'hésitent pas parfois à faire des ristournes sur les logements. Dans certaines régions où les offres augmentent, les promoteurs pourraient faire cet effort. Tous les territoires ne sont pas concernés par cette accumulation de logements neufs. C'est à Dijon que la hausse est la plus forte (+23 %). A Lyon, on trouve 16 % de logements à vendre en plus. En Ile-de-France et à Nice, ce sont 11 % de logements en plus, avec une durée moyenne de commercialisation qui atteint 15,9 mois à Nice. Dans les agglomérations des Pays de la Loire (+9%) et de Bretagne (+5 %), il pourrait aussi y avoir de bonnes affaires.

Des offres commerciales en cette fin d'année

Les stocks qui enflent ne sont pas suffisants pour proposer une ristourne. Certains promoteurs pourraient y renoncer. « Les constructeurs consentent déjà de plus en plus d’efforts sur leur marge afin de compenser la hausse des prix, et continuer de faire tourner leur outil de production dans un contexte de crise », souligne le président de la FPI, Pascal Boulanger.

Un signe qui ne trompe pas, sur la plateforme Trouver-un-logement-neuf.com, « on retrouve des appartements de Bouygues ou de Kaufman & Broad qui proposent des offres commerciales jusqu’au 31 décembre. Habituellement, elles se limitent plutôt à septembre ou octobre », souligne Céline Coletto, la porte-parole du portail. Cela pourrait conduire à faire baisser les prix de ces biens.

20 commentaires

  • 20 novembre 20:07

    L'immobilier va baisser de 30% avec la hausse des taux et la crise qui va viré arriver. Il est urgent de ne pas acheter car demain ce sera moins cher.


Signaler le commentaire

Fermer