1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La cité ouvrière Gagarine d'Ivry sera remplacée par un écoquartier
Le Figaro31/08/2019 à 07:00

EN IMAGES - À Ivry-sur-Seine (94), la destruction de l'emblématique Cité Gagarine est actée. Quelque 1400 logements, des commerces, des équipements et de l'agriculture urbaine verront le jour à la place de la barre de 13 étages, inaugurée en 1963 par le premier homme à avoir voyagé dans l'espace.

À l'heure de la gentrification de la région parisienne, certains voient la destruction de la cité ouvrière Gagarine d'Ivry-sur-Seine (94), comme «la fin d'un monde». Cette ancienne banlieue rouge aux portes de Paris sera métamorphosée en un verdoyant écoquartier. Aujourd'hui déserte, la cité accueillait encore il y a quelques mois 380 familles. La destruction se fera en douceur. Pas d'explosion spectaculaire mais un chantier qui s'étalera sur 16 mois. Lors d'une cérémonie ce samedi 31 août, habitants et élus diront leurs adieux à cette imposante cité de 13 étages livrée en 1961. Le projet de réhabilitation prévoit la construction de 1400 nouveaux logements, dont 30 % de logements sociaux, des commerces, une crèche, une école, un gymnase et des espaces d'agriculture urbaine. Montant total de l'opération: 94 millions d'euros.

La Cité Gagarine, emblème de la banlieue rouge

Inaugurée en 1963 par le cosmonaute soviétique Youri Gagarine, elle était devenue un symbole de l'idéal soviétique. «La cité Gagarine a été la vitrine internationale du Parti Communiste Français (PCF)» précise Emmanuel Bellanger, chercheur au CNRS et spécialiste de l'histoire des banlieues. «On a choisi cette cité pour accueillir Gagarine et montrer qu'Ivry la Rouge n'avait pas démérité en bâtissant des infrastructures».

Vu du ciel, ce grand ensemble de briques rouges est en forme de T. La cité est emblématique de la «ceinture rouge» qui entourait Paris depuis les années 1920, lorsqu'une une myriade de communes, majoritairement ouvrières, était des bastions du PCF. La moderne Cité Gagarine a également été le fleuron d'un urbanisme social et d'un «communisme municipal», incarnés par le maire Georges Marrane et le député Maurice Thorez.

«La salle de bains, la grande cuisine, l'ascenseur .... C'était nouveau pour nous. Nous n'avions jamais connu un tel confort!», raconte Jacqueline Spiro qui a fait partie, avec ses parents, de la première génération d'habitants de la cité. En somme, une cité moderne pourvue d'un confort auquel les ouvriers n'avaient alors pas accès. Les anciens locataires de la barre se souviennent de l'atmosphère «fraternelle» qui y régnait.

Avec les années 1970 et le choc de la désindustrialisation, Gagarine s'est paupérisée et a dû affronter de récurrents problèmes de délinquance. Quelques années plus tard, elle était reléguée en zone urbaine sensible, et s'est muée en symbole de déclassement urbain. Règlements de compte au fusil à pompe, fenêtres constellées d'impacts, mobilier urbain saccagé, trafic de stupéfiants... autant de maux qui gangrenaient cette mythique cité ouvrière de la banlieue sud.

Ces dernières années, «il y avait un vrai problème d'attractivité, les gens refusaient de venir s'y installer, le turn-over était important», reconnaît Romain Marchand, premier adjoint au maire. C'est donc la volonté de «tourner la page» qui l'a emporté.

Lire la suite de l'article sur LeFigaro.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer