Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'huile d'olive «made in France» menacée par une mouche

Le Figaro08/12/2014 à 12:16

VIDÉO - Les oliveraies de Provence ont été infectées par la Bactrocera oleae qui a détruit jusqu'à 80% des récoltes. Les producteurs étrangers devraient en profiter.

Une mouche a suffi à ébranler toute une profession. La Bactrocera oleae dite mouche de l'olive, a ravagé les oliveraies du bassin méditerranéen cette année, menaçant la production d'huile d'olive. Alors que les prévisions faites au printemps atteignaient 5000 tonnes d'olives, les professionnels ne sont même plus sûrs de pouvoir récolter 1500 tonnes, selon l'Association française Interprofessionnelle de l'Olive (Afidol).

L'hiver doux et l'été pluvieux ont favorisé l'éclosion de la Bactrocera oleae qui a détruit les fruits .Les olives infectées sont tombées au sol, laissant les arbres dépouillés. «Nous avons à faire à une situation de crise que nous n'avons plus connue depuis 1956», constate Olivier Nasles, président de l'Afidol. Cette année-là avait été marquée par un gel hivernal qui avait détruit la majeure partie des oliveraies.

Pour sauver la récolte 2014, les olives encore indemnes ou à peine piquées par la mouche ont été ramassées très tôt dans la saison (début octobre au lieu de novembre). Mais, n'étant pas alors à maturité, leur rendement est moindre. Même dans les oliveraies les moins touchées, la production d'huile est inférieure aux années précédentes.

«Peut-on imaginer, au XXIe siècle, perdre 80 à 90% d'une récolte nationale à cause d'une mouche bien connue depuis 50 ans?», s'indigne Olivier Nasles. Ce dernier met en cause la réglementation actuelle qui n'autorise que «deux traitements insecticides» alors qu'il en faudrait selon lui «six à huit sur la période» suivant l'attaque de la mouche.

La multiplication des traitements préventifs à l'argile blanche n'a généralement pas suffi à éviter la catastrophe. «Même ceux qui ont été traités ont été touchés», assure une responsable d'un moulin coopératif à Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône. Aux Beaux-de Provence, où l'huile d'olive d'appellation d'origine protégée (AOP) est particulièrement réputée, Jean-Benoît Hugues, propriétaire du moulin Castelas fait le même constat: une récolte «catastrophique», passée de 150 tonnes d'olives en 2013 à 35 cette année malgré neuf traitements à l'argile blanche.

L'huile d'olive concurrente débarque

Par ricochet, la crise affecte l'activité des 250 moulins de la filière, privés ou coopératifs regroupant 30.000 oléiculteurs professionnels ou amateurs, concentrés dans le sud de la France. Tous envisagent une perte de gain conséquente car «on ne peut pas beaucoup jouer sur les prix qui sont traditionnellement élevés», selon le porte-parole de l'Afidol, Olivier Roux. Des moulins seront forcés de fermer en avance, entraînant des problèmes de trésorerie. «La mouche a ébranlé la profession, on a un accident, cet accident peut nous tuer», résume Jean-Benoît Hugues.

Les professionnels craignent surtout la concurrence. L'huile d'olive moins coûteuse, originaire de Tunisie, Maroc, Italie et Espagne, risque de remplacer l'huile française dans les rayons. «Faut-il encore que le consommateur soit assuré de son origine», prévient Jean-Benoît Hugues. «À partir du moment où l'étiquetage est conforme, il n'y a pas de problème», juge Olivier Roux. «Mais cela pose un problème pour l'image de la profession», concluent Katia et Frédéric Ratto, oléiculteurs à Cucuron.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.