Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'avenir des toits de Paris divise les partis politiques

Le Figaro16/02/2015 à 10:12

La municipalité souhaite doper la surélévation des toits de la capitale pour créer des logements supplémentaires tandis que la maire UMP du 9ème milite pour le classement des toitures à l’Unesco. Quant aux Verts, ils optent pour la végétalisation.

Et si pour gagner des logements supplémentaires, Paris surélevait les bâtiments existant plutôt que de chercher à en créer de nouveaux? Cette idée de densifier l’habitat urbain plutôt que de l’étaler fait son bout de chemin depuis quelques années. Désormais, avec la suppression du Cos (coefficient d’occupation des sols) introduite par la loi Alur, elle est d’autant plus facile à autoriser. Selon les révélations du Journal du Dimanche, une étude de l’Atelier parisien d’urbanisme recense pas moins de 11.000 immeubles dans la capitale susceptibles de gagner ainsi un à cinq étages. Soit 8,2% des bâtiments parisiens.

Le phénomène ne concernerait pas les zones bordant la Seine ou des canaux (où la hauteur des construction est limitée à 25 mètres) ni les quartiers où les voies sont étroites (moins de 12 mètres) ou encore les secteurs de très forte homogénéité architecturale. Restent les immeubles installées sur des rues larges et des avenues et boulevards ainsi que de nombreux bâtiments d’angles qui n’ont souvent que deux ou trois étages et donc un très fort potentiel d’extension. Au total, le potentiel serait de 40.000 nouveaux appartements familiaux de 50 à 70 mètres carrés. Cette solution qui séduisait déjà Cécile Duflot laisse dubitatifs bon nombre de spécialistes du logement estimant qu’elle est très compliquée à mettre en œuvre.

Toujours selon le JDD, la maire de Paris qui a promis la création de 10.000 logements par an compte bien modifier son Plan local d’urbanisme (PLU) pour faciliter ces surélévations. Mais face à cette volonté affichée, tout le monde ne conçoit pas le même avenir pour les toitures parisiennes. Le 5 février dernier, la maire UMP du 9e arrondissement, Delphine Bürkli, lançait son comité de soutien à une candidature des toits de Paris pour un classement au patrimoine mondial de l’Unesco. Une initiative qui avait, à l’origine, été soutenue par un vœu unanime du Conseil de Paris pour que ce dossier débouche.

Il semblerait que les choses aient évolué depuis. La maire de Paris Anne Hidalgo affiche désormais ouvertement son agacement face à cette volonté de classement à l’Unesco. Elle craint qu’elle ne devienne une arme pour éviter toute transformation de la capitale et vise finalement à «mettre Paris dans le formol». De son côté, Delphine Bürkli estime que son initiative n’est en rien incompatible avec des surélévations ou des végétalisations de toitures.

Une végétalisation qui est justement le cheval de bataille des élus Verts de la capitale. S’ils n’ont rien contre le classement des toits en zinc de Paris, ils ne veulent pas entendre parler de densification d’une ville qui est déjà bien assez dense à leurs yeux. Leur souhait: un Paris plus aéré avec plus d’espaces et de toits verts. La bataille des toitures parisiennes ne fait que commencer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.