1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Impôt sur la fortune : le fisc doit étayer ses évaluations lorsqu'il conteste les chiffres d'un contribuable
Boursorama avec Newsgene26/06/2020 à 13:04

Le litige concernait l'évaluation d'un appartement parisien (illust (Pixabay / 3D_Maennchen)

La justice a donné raison à un contribuable qui contestait une décision du fisc. Cet homme avait été taxé d'office à l'impôt sur la fortune, l'administration estimant que s'il n'avait pas sous-évalué son appartement parisien, il aurait atteint le seuil de déclenchement de l'imposition. Mais elle n'a pas fourni suffisamment d'exemples de comparaison, a estimé la Cour de cassation.

Si le fisc conteste l'évaluation de biens taxés au titre de l'impôt sur la fortune, il doit étayer ses affirmations en se fondant sur plusieurs exemples de comparaison. La loi impose à l'administration d'adresser au contribuable une proposition de rectification qui doit être suffisamment motivée, de manière à lui permettre de formuler ses observations ou de faire connaître son acceptation, a rappelé la Cour de cassation*.

L'évaluation d'un appartement parisien en question

Un contribuable, en l'espèce, avait été taxé d'office à l'impôt sur la fortune, l'administration estimant que s'il n'avait pas sous-évalué son appartement parisien, il aurait atteint le seuil de déclenchement de l'imposition.

L'impôt sur la fortune en vigueur frappe toute personne détenant un patrimoine immobilier d'au moins 1,3 million d'euros. Elle est alors taxée sur la portion de sa valeur qui dépasse 800.000 euros.

Un seul élément de comparaison ne suffit pas

Le contribuable dont l'évaluation est contestée doit être mis en mesure de discuter comparativement les évaluations du fisc. Or, invoquer un seul élément de comparaison ne suffit pas à le lui permettre, soutenait le propriétaire du logement.

Si la Cour impose au fisc de fournir plusieurs comparaisons, elle avait jugé en juin 2018 qu'il n'était pas tenu d'apporter des éléments de comparaison identiques. Il lui suffit, disait-elle, de faire une comparaison globale, portant sur la situation, le nombre de pièces, la surface, sans avoir à rechercher des situations « intrinsèquement similaires » quant à l'état du bien ou les nuisances qu'il supporte, par exemple.

*Cass. Com, 24.6.2020, K 18-10.477

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jhbhth
    28 juin10:16

    le fisc s'acharne en justice pour récupérer 1300 euros, impôt ISF mini quand on franchit tout juste le seuil de taxation (car, peu de gens le savent, si votre patrimoine est de 1 300 010 € vous payez 1250 € d'ISF ou IFI, alors que si c'est 1 299 990 € vous ne payez rien). Vraiment que de temps et d'énergie perdus

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer