Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Crédit immobilier: un taux erroné n'est plus forcément une bonne affaire
Le Figaro22/06/2020 à 06:00

Il ne faut plus espérer être systématiquement dispensé du paiement des intérêts prévus lorsque le taux effectif global (TEG) mentionné dans un contrat de prêt immobilier se révèle par la suite erroné. (Crédits photo : Adobe Stock - )

La Justice a changé sa jurisprudence: c'est désormais au juge de décider de sanctionner ou pas l'absence du taux global dans un contrat de crédit immobilier.

Il ne faut plus espérer être systématiquement dispensé du paiement des intérêts prévus lorsque le taux effectif global (TEG) mentionné dans un contrat de prêt immobilier se révèle par la suite erroné. Jusqu'à présent, la Cour de cassation jugeait qu'une inexactitude sur le TEG faisait perdre au prêteur le droit aux intérêts prévus. Par ailleurs, cela ne lui permettait d'exiger que le paiement d'intérêts au taux légal, généralement très inférieur et qui a longtemps été proche de zéro. Mais la Cour de cassation a modifié sa jurisprudence.

Désormais, explique-t-elle, la clause fixant les intérêts convenus n'est pas nulle au prétexte qu'elle comporterait une erreur, mais le juge fixera la proportion d'intérêts dus par l'emprunteur. La loi, explique la Cour, impose de mentionner le TEG dans tout écrit constatant un contrat de prêt immobilier à un consommateur, mais elle ne prévoit aucune sanction, c'est-à-dire aucune conséquence en cas de non-respect de cette obligation.

C'est donc au juge qu'il revient de tirer les conséquences de l'inexactitude. Le prêteur n'encourt plus l'annulation du taux d'intérêt convenu mais il peut être «déchu de son droit aux intérêts dans la proportion fixée par le juge, au regard notamment du préjudice subi par l'emprunteur» et de «la gravité du manquement commis par le prêteur», dit la Cour. Elle précise dans un second arrêt que cette «déchéance du droit aux intérêts» peut être «totale ou partielle». C'est le juge qui décide.

La Justice avait été saisie du cas d'un couple qui, n'ayant pu rembourser aux échéances prévues son prêt immobilier, avait fait l'objet d'une «déchéance du terme», procédure qui permettait au banquier de mettre fin au crédit en réclamant le remboursement immédiat de la totalité. Les emprunteurs avaient alors constaté que le TEG n'était pas exact alors qu'il doit, selon la loi, intégrer avec exactitude le taux d'intérêt et toutes les dépenses annexes imposées, comme les frais de dossier, le coût des assurances ou des moyens de paiement exigés.

Se fondant sur la jurisprudence habituelle, le couple s'était défendu en soutenant que les intérêts prévus n'étaient plus dus et devaient être remplacés par le taux d'intérêt légal. Mais le revirement de la jurisprudence s'est produit sur ce dossier. La demande a été rejetée.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer