Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ce promoteur immobilier a escroqué une centaine de personnes

Le Figaro13/06/2016 à 10:56

Deux années fermes de prison. C’est le verdict retenu pour cet ancien promoteur immobilier. Il avait notamment vendu des appartements à des particuliers... qui n’ont jamais été livrés.

Un ancien promoteur immobilier alsacien, Antoine Brun, a été condamné lundi à Strasbourg à 2 ans de prison ferme pour avoir escroqué une centaine d’acquéreurs d’appartements qui, in fine, n’avaient jamais été livrés. Antoine Brun, 46 ans, ancien patron d’une société éponyme, Brun Habitat, a été reconnu coupable d’escroquerie et condamné à 4 ans de prison dont 2 avec sursis et 100.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Strasbourg. Le prévenu n’était pas présent à l’audience.

Le tribunal l’a condamné à verser quelque 7,4 millions d’euros de dommages aux victimes. A son procès en avril en présence de dizaines de parties civiles, le parquet avait requis 4 ans ferme et 100.000 euros d’amende. En 2006, ce promoteur avait lancé six programmes immobiliers en Alsace qui prévoyaient la construction d’une centaine d’appartements, dont les premiers devaient être livrés l’année suivante. Aucun projet n’avait abouti. A l’époque, l’affaire avait eu un grand retentissement dans la région. Usant d’un système d’escroquerie basé sur la «cavalerie», sa société avait encaissé plus de 1,3 million d’euros entre 2006 et 2008, selon les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Premières plaintes dès 2008

A cours de trésorerie, les six sociétés civiles immobilières (SCI), gestionnaires des projets, avaient toutes été liquidées en 2008, à cause de leur implication dans un «système de cavalerie et d’aspiration de fonds», a expliqué à l’AFP Me Valérie Bach, une avocate des parties civiles. Dans ce système, «les SCI nouvelles finançaient les SCI les plus anciennes. A un moment donné il y a eu une sorte de fuite en avant» et le système a «pris l’eau», a résumé l’avocate. «L’argent des SCI a été retrouvée en bout de chaîne dans des sociétés patrimoniales où l’argent lui a profité personnellement», a expliqué l’avocate.

Les victimes ont obtenu les logements entre 5 et 8 ans après la date promise par le promoteur, grâce à l’action judiciaire. Les chantiers à l’arrêt avaient été repris par des investisseurs extérieurs qui avaient racheté des lots d’appartements invendus pour des sommes dérisoires. Entre-temps, les victimes d’Antoine Brun, des primo-accédants pour la plupart, avaient pour certaines dû continuer à payer un loyer, d’autres avaient dû retourner habiter chez des proches ou leurs enfants.

Les premiers clients lésés, se plaignant des retards de livraison, avaient porté plainte en 2008. Les victimes ont subi un «préjudice dans le temps», a souligné Me Bach. «Pour ces familles c’était l’investissement de toute une vie. Les gens ont l’impression d’avoir été ruinés», a ajouté l’avocate. Poursuivi pour abus de confiance, blanchiment et abus de biens sociaux, Antoine Brun avait comparu libre sous contrôle judiciaire. A son procès, il avait minimisé sa responsabilité et renvoyé la faute aux entreprises en charge des chantiers. Il était jugé aux côtés d’un ancien comptable, ainsi qu’un frère, poursuivis pour complicité. Ces derniers ont été condamnés à des peines de sursis.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.