Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Assurance vie : touchée mais pas coulée
Mingzi04/11/2020 à 09:00

Dans le contexte de taux bas l'assurance vie devient plus patrimoniale ( Crédits 123 RF)

Dans le contexte de taux bas l'assurance vie devient plus patrimoniale ( Crédits 123 RF)

Taux négatifs, crise sanitaire ... l'assurance vie subit un contexte qui lui est défavorable et perd progressivement ses atouts d'épargne « populaire » pour évoluer vers une épargne plus « patrimoniale ».

Depuis le début de l'année, les épargnants préfèrent les livrets à l'assurance vie

En septembre 2020, la collecte nette de l'assurance vie est restée négative et s'est établie à - 0,8 milliard d'euros, confirmant la tendance initiée avec la crise sanitaire. Ce phénomène s'explique par une collecte en baisse de 27 milliards d'euros depuis le début de l'année par rapport à la même période en 2019. Dans le même temps, les prestations sont restées stables (89,5milliards d'euros contre 88,8 milliards d'euros sur la même période en 2019).

En parallèle, depuis janvier 2020, le Livret A et le LDDS enregistrent une collecte nette de plus 32 milliards d'euros, un record. Sur les neuf premiers mois de l'année, la collecte nette du Livret A atteint 25 milliards d'euros. 

Pourtant, traditionnellement, les mois de juillet et août (avec les vacances) et le mois de septembre (avec la rentrée et les d'impôts) s'accompagnent d'un pic de consommation et de dépenses et donc d'un recours plus important à l'épargne liquide.

Il semblerait donc que cette année, les Français ont fait le choix d'orienter leur épargne vers les solutions d'épargne les plus liquides possibles, mobilisables très rapidement en cas de problème. Dans la période d'incertitude forte que nous connaissons depuis quelque mois, cette épargne de précaution répond au besoin des Français de pouvoir faire face à une dégradation à court terme de leur situation (baisse de revenus, perte d'emploi ...). 

L'assurance vie reste le produit d'épargne préféré des français

Si l'assurance vie souffre de ce contexte particulier, elle n'en reste pas moins le produit d'épargne préféré des Français. À fin septembre 2020, l'encours de l'assurance-vie s'élève à 1.760 milliards d'euros. Les livrets quant à eux représentent un encours de 443 milliards d'euros (en hausse de 8% sur un an).

Les assurés qui souscrivent à de nouveaux contrats d'assurance-vie ou qui abondent leurs contrats existants continuent à investir sur des supports unités de compte. Le taux d'unités de compte sur la collecte se maintient à 33%. Ce résultat est en partie imputable à la politique menée par les assureurs depuis quelques années qui vise à orienter l'épargne vers les unités de compte au détriment du fonds en euros.

Le marché de l'assurance vie est en pleine mutation

Ces dernières années, l'assurance vie subit un contexte qui lui est défavorable. Les taux négatifs tirent les performances des fonds en euros vers le bas et poussent les assureurs à durcir les conditions d'accès au fonds en euros, voire de remettre en question la liquidité et la garantie du capital. Les assureurs mettent en place des mesures pour inciter les épargnants à verser sur les unités de compte, supports pour lesquels le capital n'est pas garanti et qui s'adressent à une clientèle plus patrimoniale.

La crise sanitaire et le besoin d'épargne de précaution qui l'accompagne, ainsi qu'un écart de rendement entre fonds en euros et livret A qui s'amenuise (le fonds en euros a rapporté en moyenne 1,4% en 2019, avant impôt, contre 0,5% pour le livret A), jouent en faveur du livret A. Une partie de la collecte autrefois orientée sur le fonds en euros se reporte vers le livret A. 

Dans ce contexte, l'assurance vie perd peu à peu ses atouts d'épargne « populaire » pour évoluer vers une épargne plus patrimoniale.

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Cambio17
    30 octobre09:41

    Les assurances vies monosupport ne rapport plus rien, en Unités de comptes vous pouvez perdre une partie du capital. Les livrets ne rapportent rien !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer