Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La zone euro s'enfonce dans la récession

AFP Video14/02/2013 à 20:49

La situation s'aggrave pour la zone euro qui s'est enfoncée dans la récession fin 2012 et a vu ses principales économies plonger, ce qui risque de compliquer la tâche des Etats membres pour respecter leurs engagements budgétaires et de raviver le débat sur le niveau de l'euro.

Le Produit intérieur brut de la zone euro a reculé de 0,6% au quatrième trimestre 2012, a indiqué jeudi l'office européen des statistiques, Eurostat.

C'est pire qu'attendu: les analystes tablaient sur une baisse de 0,4%, même si cela semblait trop optimiste au regard des chiffres de croissance allemand (-0,6%) et français (-0,3%) publiés aussi jeudi matin.

L'économie allemande s'est davantage contractée qu'attendu au dernier trimestre de 2012, en raison du recul des exportations, tandis que l'économie française est restée morose, confirmant son décrochage.

Dans le reste de la zone euro, la situation n'est guère reluisante quand elle n'est pas catastrophique: les Pays-Bas sont entrés en récession au quatrième trimestre avec un PIB en baisse de 0,2%, l'économie italienne s'est contractée plus que prévu (-0,9%), l'activité au Portugal a dévissé de 1,8%, tandis qu'en Grèce --le pays le plus violemment touché par la crise-- le PIB a chuté de 6%.

"Ces chiffres sont déjà datés et des indicateurs d'activité ont montré des signes d'amélioration début 2013", relativise Jonathan Loynes, de Capital Economics. "Mais ils ne sont pas pour l'instant suffisamment forts pour envisager une sortie de récession", prévient-il.

La situation peut vite déraper, met en garde Peter Vanden Houte d'ING, citant la situation politique en Espagne et en Italie, où des élections sont prévues en février, ainsi que la difficile mise en place d'un sauvetage pour Chypre.

Paris relativement isolé

Pour des prévisionnistes de la BCE, les chiffres publiés jeudi laissent penser que la croissance en zone euro sera nulle en 2013 et plus mauvaise qu'attendue en 2014, avec une hausse du PIB de 1,1% contre 1,3% attendu jusqu'ici.

Si aucun détail n'a été donné par Eurostat sur les composants du PIB du quatrième trimestre, la faiblesse de la consommation et un commerce extérieur à la peine semblent en cause.

"Sachant que la demande intérieure risque de rester faible dans la zone euro, toute reprise dépendra du commerce extérieur", souligne M. Vanden Houte.

"D'où l'importance de ne pas avoir une devise trop forte", précise l'économiste alors qu'un débat sur "l'euro fort" agite la zone depuis plusieurs jours, à la demande de la France qui craint que le niveau de la monnaie commune ne pèse sur ses exportations et pénalise ses efforts de compétitivité.

Cette question sera abordée vendredi et samedi au G20 à Moscou, même si Paris est relativement isolé sur ce dossier.

Autre problème: la dégradation de l'activité dans les pays de la zone euro rend quasiment impossible le respect des engagements budgétaires.

Deuxième économie de la zone, la France a reconnu mercredi qu'elle n'atteindrait pas cette année l'objectif d'un déficit public de 3% du PIB, mais serait un peu au-delà. Un dépassement qui peut théoriquement être sanctionné par Bruxelles, mais la Commission européenne a montré dès mercredi des signes de souplesse.

Dans une lettre adressée aux ministres des Finances de l'UE, le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a rappelé qu'un délai pouvait être accordé à un pays pour corriger son déficit excessif en cas de détérioration de la croissance. "A condition qu'il ait fourni comme convenu les efforts budgétaires demandés", a-t-il cependant ajouté.

L'exécutif européen ne prendra pas de décision dans l'immédiat car il attend la publication le 22 février de ses nouvelles prévisions économiques.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.