1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Santé: «Le digital permet aux utilisateurs d'être acteurs de la prévention»

Le Figaro10/04/2018 à 06:00

INTERVIEW - Thomas Saunier, directeur général du groupe Malakoff Médéric, spécialisé dans la retraite, la santé et la prévoyance, s'explique sur les enjeux du numérique.

Le groupe Malakoff Médéric, spécialisé dans la retraite, la santé et la prévoyance, est au cœur de la révolution digitale. Thomas Saunier juge que c'est une opportunité pour l'entreprise qu'il dirige. Il insiste sur la nécessité d'être «responsable et intransigeant sur la protection des données personnelles et le risque d'individualisation, contraire au principe fondamental de la mutualisation».

LE FIGARO. - Vous investissez beaucoup dans le numérique et les données, quel rôle ces outils peuvent-ils jouer en matière de prévention santé?

Thomas SAUNIER. - La prévention santé est un domaine clef pour Malakoff Médéric. Nous avons déployé de nombreux services qui associent l'humain et le digital: e-coaching santé, dépistage des risques et pathologies, téléconsultation... En facilitant l'accès à l'information, le digital permet aux utilisateurs d'être acteurs de la prévention. L'expérience client doit être la plus simple possible, et les dispositifs le moins intrusifs possible. Les data offrent la possibilité de bâtir des modèles de prédiction et de personnalisation pour proposer des services et des conseils adaptés au profil du bénéficiaire. Les objets connectés et le big data représentent donc des opportunités formidables en matière de prévention, à condition que ces sujets soient également abordés sous un angle éthique. Malakoff Médéric entend demeurer responsable et intransigeant sur la protection des données personnelles et le risque d'individualisation, contraire au principe fondamental de la mutualisation.

La collecte des données personnelles, indispensable au fonctionnement de l'intelligence artificielle, va-t-elle poser un problème vis-à-vis de vos clients?

L'utilisation des données est encadrée par le RGPD(règlement général sur la protection des données, NDLR ). Cette réglementation exigeante en matière de protection des données répond également à une attente croissante de confiance et de transparence du public. Chez Malakoff Médéric, nous avons nommé un Data protection officer (DPO), une personne en charge de la protection des données. Elle est systématiquement associée au choix des projets développés. Un cas d'usage non validé par notre DPO ne verra jamais le jour. Dans ce cadre réglementaire très protecteur, l'utilisation des données anonymisées ne pose pas de problème, à partir du moment où elle permet de concevoir des services répondant aux attentes des assurés.

Avec l'intelligence artificielle,va-t-on vers la fin de la mutualisation des risques?

L'intelligence artificielle impose de traiter le sujet de l'éthique. Par éthique, nous entendons transparence des algorithmes, explicabilité, équité de traitement et protection de la vie privée. Malakoff Médéric est avant tout un assureur collectif en santé et en prévoyance. Nous avons donc, par essence, une approche des risques mutualisée à l'échelle de l'entreprise et, plus largement, à l'échelle d'une branche professionnelle.

L'intelligence artificielle va-t-elle remplacer les actuaires dans l'assurance?

Le métier de l'assurance consiste à prédire un risque futur, en fréquence et en valeur. C'est une des missions clefs de l'actuaire. L'IA permet de mettre à disposition de ce métier de nouveaux algorithmes de prédiction avec des modèles d'apprentissage automatique qui, pour certains sujets, sont plus performants que les modèles classiques. Les fondamentaux du métier restent donc les mêmes, mais les sources de données vont s'enrichir et les modèles statistiques utilisés vont être plus sophistiqués.

Quel impact l'intelligence artificielle va-t-elle avoir plus globalement sur l'emploi dans un groupe d'assurance comme le vôtre?

Au sein de Malakoff Médéric, nous avons quatre grands types d'application de l'IA: modèles prédictifs, automatisation des processus, agents conversationnels et traitement du langage. Les niveaux de déploiement sont différents selon les types d'application et nous sommes vigilants tant sur le niveau de maturité des technologies que sur leur acceptabilité par nos collaborateurs et nos clients. Les modèles prédictifs constituent un des domaines d'application les plus avancés au sein du groupe: nous avons plusieurs cas d'usage dans le développement commercial ou la détection des fraudes.

Dans l'étude que Malakoff Médéric vient de réaliser avec le BCG, consacrée à l'impact de l'intelligence artificielle sur le capital humain, les salariés semblent beaucoup plus réservés que les dirigeants à l'égard de ces nouveaux outils. Comment préparer les équipes à ces bouleversements?

Les défis de l'IA pour les entreprises sont autant humains que technologiques. Les ressources humaines sont donc au cœur de la réussite de la transformation complexe imposée par le déploiement de l'IA dans les entreprises. Les ressources humaines devront expliquer, créer un cadre de confiance, anticiper et gérer l'évolution des compétences, des organisations, des fonctionnements en garantissant la responsabilité sociale de l'entreprise.



Big Bang Eco, Salle Wagram à Paris, le 10 avril 2018, de 8h30 à 18 heures

» Découvrez la 2ème édition 2018

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.