Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Quand la maison connectée sert à sécuriser son logement

Le Figaro12/04/2016 à 18:31

Cambriolage, incendie ou inondation... De nombreux Français s’inquiètent pour leur habitation durant leur absence et aimeraient garder un œil dessus. Une maison connectée capable de les avertir en cas d’incident pourrait les rassurer.

Etre absent de son domicile est une source d’inquiètude pour les Français. Les risques imprévisibles de cambriolage, d’incendie ou de fuite d’eau sont autant de causes de sinistres qu‘ils redoutent. Et pour cause, un départ de feu se déclenche toutes les deux minutes en France malgré des foyers mieux équipés en détecteur de fumée (83%). Conscients de tous ces risques, trois Français sur quatre aimeraient avoir un oeil sur leur logement en cas d’absence temporaire ou prolongée, d’après un sondage de la Macif. Alors, comment faire pour protéger son domicile même en déplacement?

A chaque risque pour la maison, une solution connectée

Des caméras de vidéosurveillance et des détecteurs multiples connectés à votre smartphone ou à votre tablette, c’est la nouvelle idée pour être averti de tout ce qui se passe chez vous. Comment ça marche? Le groupe Macif est le premier à proposer aux foyers de s’équiper d’un kit d’appareils connectés à leur centrale d’assurance: selon les offres, ce kit se compose de détecteurs de fumée, de présence, d’inondation et d’ouverture ainsi que d’une ou plusieurs caméras de surveillance. Un service qui coûtera 12 à 35 euros d’abonnement mensuel (sans compter l’achat du matériel). En contrepartie, l’assureur supprime les franchises sur d’éventuels sinistres.

Une fois installés, ces dispositifs de sécurité pourront être pilotés par une application mobile installée par l’utilisateur et l’alerter immédiatement en cas d’incident. Concrètement, si votre alarme incendie se déclenche ou que votre détecteur signale une fuite d’eau, un appel automatique vous sera passé afin de vous avertir du danger et vous permettre de contacter rapidement les numéros d’urgence. Notez que si vous ne décrochez pas, deux autres numéros que vous aurez fournis pourront être contactés.

Alors, cette solution de «maison connectée» pour surveiller son habitat est-elle efficace pour limiter les incidents et en être averti à temps? «Oui», selon 68% des Français qui pensent que ce dispositif de surveillance «tout en un» relié à leur smartphone est efficace pour limiter les incidents de la vie courante. D’ailleurs, 7% d’entre eux sont déjà équipés de ce système d’appareils connectés et un Français sur trois l’envisage dans un avenir proche.

Le budget, principal frein à l’équipement des solutions connectées pour le logement

Combien coûte une «maison connectée»? Trop cher selon les sondés qui évaluent ce prix à plus de 50 euros par mois. Or, ils ne sont prêts à en débourse que douze pour s’équiper de ces services de sécurisation, que ce soit auprès leur assurance, d’un magasin de bricolage ou d’un opérateur télécom. De plus en plus d’acteurs misent en effet sur ces équipements connectés pour répondre aux besoins des citoyens en matière de protection du logement.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.