1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Placements : la faiblesse des taux rend les actions incontournables
Le Revenu19/09/2019 à 11:14

La Bourse est une des rares classes d'actifs à offrir du rendement en ce moment. (© Flickr/D. Manns)

Malgré les incertitudes économiques et les tensions au Moyen-Orient, la Bourse poursuit sa marche en avant. Dans un environnement de rendements obligataires extrêmement faibles, voire négatifs, les investisseurs ont-ils vraiment une autre alternative que d'acheter des actions ?

Imperturbable CAC 40.

La mise à l'arrêt de 5% de la production mondiale d'or noir et la flambée consécutive du cours du Brent a eu l'effet d'une simple pichenette sur l'indice phare, qui a trébuché de 0,9% le 16 septembre, avant de repartir à la hausse, la seule direction qu'il semble connaître depuis mi-août.

Il est vrai que Total (+2,5% en une séance) joue toujours un rôle d'amortisseur boursier lors de choc pétrolier, étant le titre le plus influent de la cote (10% du CAC 40). Mais si le marché parisien et l'ensemble des Bourses européennes ont bien résisté aux tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran, c'est avant tout grâce à la BCE.

Les mesures chocs de Mario Draghi ont comblé les espoirs des investisseurs, de la reprise des rachats d'actifs (QE), à l'abaissement du taux de dépôt, en passant par la modification de la forward guidance.

Relance mixte

Celui qui passera la main le 1er novembre à Christine Lagarde, que l'on pressent encore plus accommodante, peut difficilement arguer que la conjoncture actuelle exige un tel traitement de cheval. Mais la BCE se retranche derrière son mandat de stabilité des prix (une inflation proche mais inférieure à 2%).

Alors que dix années de mesures exceptionnelles ne sont pas parvenues à ranimer durablement l'inflation, tombée à 1% sur un an en juillet dernier, la BCE peut

Lire la suite sur LeRevenu.com

Valeurs associées

Euronext Paris -0.17%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer