Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les prix de l'immobilier devraient continuer à s'effriter cette année

Le Figaro04/02/2015 à 13:21

Après trois ans d’activité au ralenti, le volume de ventes de logement devrait reprendre un peu de vigueur en 2015. En revanche les prix devraient encore céder près de 1% en moyenne, selon le Crédit Foncier.

Alors que le marché immobilier tourne au ralenti depuis trois ans, il pourrait progressivement redémarrer cette année. Le Crédit Foncier table sur la vente de 740.000 logements en 2015, contre 705.000 environ en 2014 (plus ou moins stable par rapport à 2013). Un nombre qui resterait toutefois très éloigné des plus de 800.000 logements vendus chaque année au cours des années 2000 (jusqu’en 2007).

«Nous sommes relativement optimistes, mais prudents. Les taux des crédits immobiliers historiquement bas devraient continuer à soutenir le marché», explique Emmanuel Ducasse, directeur des études immobilières au Crédit Foncier Immobilier. Les taux des prêts immobiliers n’en finissent pas de baisser. En janvier, ils se négociaient à 2,29 % en moyenne (hors assurance), selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Et cette tendance devrait perdurer.

En revanche, les prix devraient continuer à s’effriter. «Ils pourraient baisser de 0,8 % en moyenne au niveau national, de 1 % en province et de 0,7 % en Île de France», explique Bruno Deletré, directeur général du Crédit Foncier. Le recul devrait donc être légèrement moins marqué qu’en 2014, avec toutefois «des disparités territoriales qui demeureront fortes». L’an dernier, selon les estimations du Crédit Foncier, les prix des appartements ont ainsi baissé de 1,8 % en province (-0,8 % pour les maisons) et de 2,1 % à Paris (-0,9 % en Petite couronne, et -2,9 % en Grande Couronne).

Possible reprise de l’accession à la propriété dans le neuf

Si l’on prend en compte la somme totale (capital et intérêts) acquittée par les acquéreurs, de fin 2011 à fin 2014, «un logement dont le prix aurait baissé de 2 % et financé dans sa totalité sur 18 ans, revient au global 12,5 % moins cher du fait de la chute des intérêts d’emprunt», souligne Bruno Deletré. Ces dernières années, les taux bas ont donc empêché les prix de s’effondrer. L’attitude de nombreux vendeurs qui ont pour l’heure refusé de baisser leurs prétentions, a également joué. Mais, pour parvenir à vendre leur bien, ces derniers devront accepter de revoir leurs attentes à la baisse, d’autant que les acheteurs considèrent que les prix n’ont pas encore suffisamment baissé, explique Emmanuel Ducasse.

La construction de logements devrait aussi connaître un «redémarrage progressif» cette année. Pour le Crédit Foncier 320.000 logements neufs devraient sortir de terre, contre 297.532 seulement en 2014, soit un repli de 10 % sur un an et de 35 % depuis 2007. L’assouplissement du Prêt à taux zéro, ou PTZ (hausse des plafonds de ressources, différé d’amortissement…) devrait soutenir la demande d’accession à la propriété. Celle-ci s’est effondrée de 15 % l’an dernier et de 48 % entre 2007 et 2014. Le nouveau dispositif Pinel, semble quant à lui séduire les investisseurs (vente de 40.000 logements attendus cette année).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.