Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le saumon pourrait redevenir un produit de luxe

Le Figaro25/10/2014 à 10:00

Les prix de ce poisson, essentiellement originaire de Norvège, se situent à des niveaux très élevés. L'offre ne parvient pas à suivre la demande mondiale, qui ne souffre pas des récentes polémiques sur la potentielle toxicité du saumon.

En février dernier, dans le Financial Times, la société Fish Pool, qui négocie des contrats à terme sur le marché du saumon, n'hésitait pas à parler de pénurie. A l'époque, le prix du saumon d'élevage originaire de Norvège, qui couvre 57% de la demande mondiale de saumon, atteignait 6 euros le kilo. Sur les neuf derniers mois, il atteint encore 5,30 euros en moyenne, très loin des 3,50 euros de 2012. «Le mouvement haussier des cours, qui était continu depuis mi-2012, s'est tassé mais on reste dans la tranche haute des prix», déplore Pierre Commère, délégué général de l'industrie du poisson.

La cause du problème reste la même, année après année: une offre qui peine à suivre la demande mondiale qui augmente de 13% chaque année. Démocratisée, la consommation de saumon explose, dans les pays émergents. Ailleurs, elle bénéficie de l'engouement pour les aliments sains. Les principaux pays producteurs peinent de leur côté à augmenter leur offre. «Les zones de production sont limitées dans le monde. Les élevages doivent se situer dans des eaux profondes, froides, à faible distance de la côte. Une configuration que l'on ne retrouve qu'en Norvège, en Ecosse, en Irlande, au Chili et dans les îles Féroé», explique Pierre Commère. De plus, les autorités des pays producteurs restreignent, pour des raisons écologiques, la délivrance de permis pour l'installation de nouveaux élevages. Les capacités de production s'avèrent donc insuffisantes.

La consommation recule en France

Cette année, l'offre disponible aurait pu augmenter avec le retour sur le marché du saumon qui n'aurait pas pu franchir la frontière russe en raison de l'embargo sur les importations agroalimentaire. Mais la Russie, premier débouché de la Norvège avec des imports de 792 millions d'euros l'an dernier, tient à son saumon: ce dernier franchit bon an mal an les frontières via la Biélorussie, d'après les analystes «La tendance est donc à la hausse des prix», souligne Pierre Commère.

La demande mondiale ne semble en tout cas pas souffrir de la mauvaise image des saumons, véhiculée par la publication d'études et de reportages sur les mauvaises conditions sanitaires des élevages. Sauf peut-être en France où les consommateurs occasionnels se montrent plus frileux. Deuxième client de la Norvège, l'Hexagone a réduit de 22% ses importations entre l'été 2013 et l'été 2014 selon FranceAgrimer. «Il y a eu des dénigrements injustifiés qui ont fait du tort au marché. Les normes sont très strictes, les consommateurs ne doivent pas avoir de doutes», insiste Pierre Commère. La Norvège, qui tente de rattraper l'image désastreuse de son saumon d'élevage, a annoncé fin septembre qu'un comité scientifique travaillait à une nouvelle évaluation de la toxicité du saumon. Les résultats seront dévoilés fin 2014.

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • fortunos
    26 octobre20:56

    il n y pas plus polues que les saumons,surtout produits par les fermes norvegiennes qui les gavent de s aloperies et antibiotiques.consommons des petis poissons de peche,comme les sardines et maquereaux.pour une fois c est le moins cher qui est meilleur pour la santé

    Signaler un abus

  • Gauvin45
    26 octobre15:28

    et pour les omégas 3, une bonne sardine à l'huile en entrée est excellente aussi, là je suis sérieux.

    Signaler un abus

  • Gauvin45
    26 octobre15:27

    autisme, baisse de QI, ben voilà, tout s'explique. On a servit trop de saumon aux cantines de l'assemblée, du sénat et à l'Elysée, cqfd

    Signaler un abus

  • lsleleu
    26 octobre09:02

    OUI ! sous réserve que l'on arrête de lui donner de la M erde a bouffer .

    Signaler un abus

  • imagine7
    25 octobre20:28

    « Les polluants retrouvés dans le saumon d’élevage ont une mauvaise influence sur le développement du cerveau, et sont associé à l’autisme, à l’hyperactivité et à la baisse de QI.On sait aussi qu’ils peuvent avoir un effet négatif sur les défenses immunitaires, le système hormonal et le métabolisme. Ils se transmettent aussi par allaitement. Si l’on a besoin d’oméga-3 provenant du poisson, le maquereau et le hareng sont très bien. »

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.