1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La restauration française signe sa meilleure performance depuis 2011

Le Figaro20/02/2018 à 16:57

Les Français ont dépensé 55,6 milliards d'euros au restaurant en 2017, selon un bilan du cabinet NPD Group publié ce mardi. Cette évolution est en partie portée par la restauration rapide.

Les Français semblent avoir renoué avec les restaurants. Pour la deuxième année consécutive, le marché de la restauration hors domicile enregistre sa meilleure performance depuis 2011, révèle le bilan annuel du cabinet NPD Group, qui interroge un panel de 14.000 consommateurs français - excluant donc les touristes étrangers -- chaque mois. En 2017, le marché a ainsi représenté 55,6 milliards d'euros de dépenses, contre 54,6 milliards l'année précédente.

» LIRE AUSSI - Comment les prix des chambres d'hôtel ont évolué en France et dans le monde en 2017

La fréquentation a, elle, augmenté de 1%, avec un total de 10 milliards de visites l'année dernière. Dans le détail, la restauration traditionnelle observe une croissance de sa fréquentation de 0,4%. Une première depuis sept ans. En revanche, la plus forte évolution reste attribuée au secteur de la restauration rapide, dont le nombre de visiteurs s'est accru de 2,3% en volume. «Fer de lance du segment de la restauration rapide, les fast-foods continuent à séduire aux quatre coins de l'Hexagone, tandis que les sandwicheries redynamisent leur fréquentation», détaille NPD Group dans un communiqué.

Un autre segment a tiré son épingle du jeu, le «fast casual». Autrement dit, des restaurants qui offrent à la fois un service rapide, avec des prix a priori abordables, tout en accordant du soin à la qualité. «Pour entrer dans cette catégorie, les restaurants doivent répondre positivement à plusieurs critères: avoir une cuisine ouverte, des produits faits maison, un soin accordé au point de vente, une absence de service à table ou bien un comptoir», nous explique Maria Bertoche, spécialiste de la restauration chez NPD Group. «On trouve notamment les chaînes comme Exki, Pret à manger, Bagelstein, etc.».

» LIRE AUSSI - Livraison de repas à domicile: pizza, sushi et burger en tête des commandes

Les Français plus optimistes?

Le budget moyen s'établit à 5,55 euros par visite et par personne, contre 5,50 euros en 2016. «La dépense moyenne est calculée en fonction de la dépense moyenne pour chaque segment de restauration [NDLR: restauration à table, rapide, dans les lieux de loisirs, la restauration collective et enfin la distribution automatique] et en fonction de son poids sur le marché», nous explique Maria Bertoche. Pour un restaurant traditionnel, la dépense moyenne s'élève à 12 euros environ, tandis que pour la restauration rapide, elle atteint 5 euros.

Comment expliquer que les Français aient retrouvé le goût du restaurant? Jusqu'ici, la question budgétaire en dissuadait plus d'un. Deux facteurs permettent de l'expliquer. «On constate qu'il y a un sentiment de conjoncture économique plus optimiste», note Maria Bertoche. «Or dans ces conditions, c'est souvent la part accordée aux loisirs - et donc à la restauration - qui augmente. Cette évolution est simplement le signe d'une vision de l'avenir plus optimiste». Un constat avec lequel s'accorde Hubert Jan. «On constate une reprise en 2017, avec un regain de clientèle pour les entreprises qui ont fait des efforts sur les fondamentaux, aussi bien dans l'assiette que sur l'accueil», complète le président de UMIH Restauration (Union des métiers des industries de l'hôtellerie). «Les consommateurs reviennent davantage lorsqu'ils sont satisfaits». Pour la spécialiste du cabinet NPD, l'adoption des codes du «fast casual» a permis de rendre les restaurants plus attractifs et accessibles. Compte tenu de ces résultats, le cabinet NPD est optimiste pour cette année. Il estime que le marché «pourrait progresser de 111 millions de visites supplémentaires».

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer