Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'État prévoit une inflation limitée à 2% en hypermarché

Le Figaro06/02/2018 à 09:54

La hausse du seuil de revente à perte des produits alimentaires entraînera mécaniquement une augmentation des prix pour le consommateur. Reste à savoir quelle sera son ampleur.

0,2 %, 0,8 %, 5 %, 10 %? Le chiffrage a agité les États généraux de l'alimentation (EGA). L'étude d'impact publiée lors de la présentation du projet de loi sur l'équilibre des relations commerciales devrait remettre de l'ordre dans le débat sur les conséquences pour le consommateur de la hausse de 10% du seuil de revente à perte sur les produits alimentaires. Cette mesure décidée par le gouvernement à l'issue des EGA vise à limiter la guerre des prix en grandes surfaces et à donner de l'air à toute la chaîne agroalimentaire, du producteur au distributeur.

Mais elle fait aussi craindre une hausse sensible des prix en rayons.

L'UFC-Que choisir craint une hausse de 1,4 milliard d'euros

Selon le texte mis en ligne le 31 décembre, et sur une hypothèse d'une application de la mesure sur un tiers des produits alimentaires, celle-ci se traduirait par une hausse mécanique moyenne de 0,7% du prix des produits alimentaires vendus en grandes surfaces. Si elle touchait tous les produits alimentaires, l'impact moyen atteindrait 2%, selon cette même étude. Appliquée à un marché alimentaire de 125 milliards d'euros, la première hypothèse se traduirait donc pour les consommateurs par une hausse de 900 millions d'euros. Soit moins que le 1,4 milliard d'euros craint par l'UFC-Que choisir, vent debout contre la mesure. Et surtout moins que le milliard d'euros gagné sur la seule année 2014 par les consommateurs, grâce à la guerre des prix, selon un chiffrage du panéliste Iri.

Selon la seconde hypothèse, la facture pourrait toutefois grimper assez vite, à 2,5 milliards d'euros par an. Soucieux de ne pas trop toucher au portefeuille des Français, Bercy avait plaidé pour une hausse de 10 % de ce seuil de revente à perte, les plus ardents défenseurs de la mesure prônant un relèvement jusqu'à 15 %. Si ce SRP majoré - qui s'accompagne d'une limitation des promotions à 34 % en valeur - s'avérait trop peu efficace sur les revenus du monde agricole, le gouvernement pourrait la retoucher ou la supprimer d'ici à deux ans.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.