Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Il est de plus en plus difficile d'acheter son premier logement

Le Figaro11/12/2014 à 14:50

Le nombre de personnes achetant un logement pour la première fois a fondu ces dernières années. Les jeunes sont parmi les plus touchés. La faute à des prix de la pierre encore élevés dans les villes, la crise économique et des banques exigeantes.

Les primo-accédants, autrement dit, les personnes achetant un logement pour la première fois, sont les principales victimes des prix de la pierre élevés. «Leur part sur le marché immobilier n’a cessé de chuter depuis 2011 et la fin notamment du prêt à taux zéro dans l’ancien. Ils représentaient alors 55 % de nos clients et ils ne sont plus que 35 % cette année», constate Jérôme Robin, président du courtier en crédits immobiliers Vousfinancer.com. La part des moins de 30 ans a fondu. Ces derniers ont ainsi été à l’origine de 18,8 % des ventes d’appartements anciens entre septembre 2013 et septembre 2014, contre 19,6 % en 2013, constatent de leur côté les notaires. «En douze ans, le pouvoir d’achat immobilier des 20-25 ans a été divisé par deux en moyenne dans les principales métropoles de province, et est devenu quasiment nul à Paris (1 % en 2010)», souligne une étude réalisée par l’Université Paris-Dauphine et le Crédit Foncier. Les trentenaires connaissent aussi des difficultés pour devenir propriétaires. «En 2010, seulement la moitié en moyenne des 30-35 ans pouvaient acquérir un bien immobilier correspondant à leurs besoins dans une capitale régionale. Ils n’étaient que 7 % à Paris», ajoute l’étude du Crédit Foncier.

Léger mieux en 2014 grâce aux taux des crédits très bas

Certes, la baisse historique des taux des crédits immobiliers (entre 2,75 % et 1,7 % sur 20 ans hors assurance) a redonné un peu d’oxygène cette année aux primo-accédants, le plus souvent des ménages jeunes ou modestes. «Ainsi, pour une mensualité de 1000 euros par mois sur 20 ans, on peut emprunter 22.000 euros de plus qu’en janvier 2012 et 30.000 euros de plus qu’en janvier 2008», souligne une étude de Vousfinancer.com. Résultat, les primo-accédants sont un tout petit plus nombreux à devenir propriétaires que l’an dernier (+3 % chez Vousfinancer.com). Chez ce courtier, ils empruntent 10.000 euros de plus qu’en 2013 sur une durée plus courte (quatre mois de moins). En revanche, le montant de leur apport personnel n’a pas changé. Celui-ci s’élève en moyenne à 29.690 euros (13 % du montant de l’acquisition). Mais il n’était que de 23.293 euros en 2010.

Des prix encore trop élevés dans les zones tendues

«Si la part des primo-accédants est légèrement remontée, des freins subsistent pour un retour à court terme de cette clientèle», estime Jérôme Robin. Principal frein: des prix encore trop élevées dans les zones tendues. «Ils rendent l’écart entre le loyer et la mensualité d’un crédit trop important. A l’inverse, les baisses de prix dans les zones moins tendues ne rassurent pas les futurs acheteurs et contribuent à l’attentisme», précise-t-il. Les banques qui exigent au minimum 10 % d’apport personnel ont aussi leur part de responsabilité. Sans oublier bien sûr, la conjoncture morose et le chômage qui augmente.

«Les plus modestes sont hors jeu. Les jeunes primo-accédants se sont d’abord trouvés exclus du neuf, devenu trop rare et trop cher, pour une bonne part en raison de la flambée du foncier. Ils ont bien tenté de se replier sur l’ancien, mais les plus modestes en ont aussi été exclus à cause des prix et des hausses de frais et charges induites. Résultat, entre le 1er trimestre 2012 et le 4e trimestre 2014, les primo-accédants ont vu leur âge moyen passer de 33 à 35 ans», constate de son côté Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi. Dans son réseau, «l’acquéreur d’aujourd’hui a en, moyenne, 39 ans et dispose de 53.769 euros de revenus annuels; il fait un emprunt principal de 176.500 euros sur 17 ans et 7 mois».

Pourtant, les primo-accédants peuvent bénéficier de coups de pouce de la part des collectivités locales et de certaines villes qui cherchent à attirer de jeunes ménages: prêt à taux zéro (PTZ) à Paris, Toulouse, Metz et des subventions à Marseille, Toulon, Calais, Nice, Lorient… De plus, les conditions d’accès au prêt à taux zéro pour acheter un logement neuf viennent d’être élargies. «Mais, ces mesures sont insuffisantes», estime Jérôme Robin.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.