Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Gérard Brémond: «J'aurais voulu être musicien de jazz»

Le Figaro29/01/2015 à 18:51

CONFIDENCES - Le président de Pierre & Vacances et créateur d’Avoriaz a côtoyé Boris Vian, John Coltrane et Miles Davis. II a été journaliste spécialisé, avant de passer aux affaires. Et continue à écouter plusieurs heures par jour ses morceaux préférés.

Créateur d’Avoriaz, la station de ski sans voitures, écolo avant l’heure, fondateur du groupe Pierre & Vacances, il a été un des pionniers qui ont mis en musique les vacances pour tous. A 77 ans, toujours aux manettes de son groupe, il manie l’humour décalé. Redoutable négociateur, il assure qu’il faut s’amuser en travaillant et s’agace de tous ceux qui perdent leur temps à se plaindre de la morosité économique française. Lui a mieux à faire!

Le tempo pour bien commencer la journée?

Le matin est un moment pénible. A cette heure-là, le réveil musical doit être jubilatoire. Je fais confiance à Dizzie Gillespie, Count Basie ou Ray Charles. J’écoute du jazz au moins deux heures par jour, c’est mon oxygène.

Votre meilleur souvenir?

En 1958, un article que j’ai écrit pour Jazz Hot sur John Coltrane. Il l’a révélé et a été reproduit même en japonais sur les pochettes de disques.

Le plus beau cadeau qu’on vous ait fait?

La bande d’un concert de John Coltrane et de Miles Davis que m’a offerte Daniel Filipacchi.

L’improvisation des jazzmen vous inspire-t-elle en affaires?

Le jazz est structuré, l’impro vient après. Dans les affaires, il faut les compétences, la technique, le QI est la base nécessaire, mais elle n’est rien sans le QE, le quotient émotionnel. Les créatifs conjuguent les deux. J’essaie.

Que faites-vous de mieux qu’il y a trente ans?

Je suis plus rapide dans mes décisions. J’ai envie que les choses avancent plus vite, le temps est compté.

Le secret d’une bonne négociation?

Savoir précisément le résultat que l’ont veut atteindre. La tactique pour y arriver dépend ensuite de l’interlocuteur. On peut être frontal avec un Américain ou un Allemand, il faut mettre en confiance un Anglais ou un Italien.

Plutôt big band ou quartet?

Le collectif, c’est plus que l’addition d’individualités. Ce qui m’intéresse, c’est de trouver des talents qui vont se réaliser. A Avoriaz, j’ai fait confiance à Jacques Labro, un architecte qui n’avait rien construit.

Votre fondation, c’est pour quoi faire?

Un château, un yacht, ce n’est pas pour moi. Ces signes d’autosatisfaction ne m’intéressent pas. Je mets des ressources au service de l’environnement sur des projets de long terme comme l’assainissement et l’eau dans les pays émergents.

Qu’est-ce qui vous donne envie d’aller au bureau?

Le côté ludique, imprévisible de ce qui peut arriver. L’événement qui ne se déroule pas comme prévu, surtout quand c’est une bonne surprise. La complicité avec un architecte, un paysagiste, un politique.

Les politiques sont-ils vos alliés?

Le discours qui conspue les hommes politiques m’exaspère. La plupart de ceux qui les critiquent ne seraient pas capables de faire ce qu’ils font. Ils sont poussés par des motivations d’intérêt général - au moins au début. Ceux qui durent en politique, ce n’est pas par hasard. Et je ne dis pas ça parce j’attends quelque retour que ce soit!

Les vacances pour vous, c’est?

Toute l’année.

Votre film préféré?

J’ai été producteur. Parmi ceux que j’ai produits, mon préféré c’est Monsieur Hire de Patrice Leconte avec Michel Blanc.

La qualité qui vous a le plus servi?

Mon goût pour le jazz, l’approche ludique de la vie. Tout est tragique, éphémère, c’est important de s’amuser, parce qu’on sait bien comment tout ça va se terminer.

Un conseil aux jeunes entrepreneurs?

Ne pas être résigné. Si vous êtes dans un secteur qui vous ennuie, changez!

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.