Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

De nouveaux produits d’épargne-retraite dès octobre
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr15/08/2019 à 08:30

C’est une des grandes ambitions du gouvernement et un des axes de la loi Pacte adoptée en avril dernier : encourager les français à placer leur épargne vers les produits de retraite plutôt que vers l’assurance-vie. Une batterie de nouveaux produits devrait ainsi voir le jour dès octobre prochain. Des produits qui, promet Bercy, seront plus faciles à débloquer, à transférer et offriront la possibilité de sortir plus aisément en capital. Leur régime fiscal sera également plus avantageux.

iStock-gradyreese

iStock-gradyreese

Faciliter la portabilité

Les produits d’épargne-retraite séduisent peu les Français. Souvent complexes et régis par des règles de fonctionnement et d’imposition différentes, les épargnants n’ont pas la main dessus et ne peuvent ni les débloquer ni les transférer à leur guise. C’est pourquoi le gouvernement et Bercy ont décidé d’y mettre bon ordre afin de redonner envie aux Français de se diriger vers ce type d’épargne. « L’idée, explique-t-on dans l’entourage du ministre des Finances, c’est de ne pas être pieds et poings liés à un produit et à un prestataire ». Et comme une harmonisation était en outre nécessaire pour satisfaire aux exigences de Bruxelles concernant la portabilité des droits de retraite, deux grands types de produits seront proposés. La grande nouveauté n’est pas sur « les types de produits, qui sont très proches de ce qui existe aujourd’hui » détaille Bercy, mais « la faculté de ces produits à être transférés ».

Déblocage anticipé et sortie en capital

D’une manière générale assure-t-on au ministère des finances, « les nouveaux produits seront à plusieurs égards plus avantageux que les anciens ». Ainsi la loi Pacte prévoit notamment plus de souplesse quant aux possibilités de déblocage anticipé (c’est-à-dire avant la retraite) de l’épargne-retraite. L’achat ou la rénovation d’une résidence principale seront en effet des raisons jugées valables pour débloquer son épargne. Autre avantage, alors qu’aujourd’hui l’épargne-retraite offre essentiellement une sortie en rente, la loi Pacte offrira la généralisation de sorties en capital. Cette option sera toutefois taxée « pour éviter que tous les bénéficiaires perdent la protection financière viagère de la rente » précise Benjamin Sanson, du cabinet Mercer, à Capital.

Déductions d’impôts à l’entrée

Le régime fiscal sera lui aussi assoupli avec la mise en place de ces nouveaux produits d’épargne-retraite à la rentrée prochaine. Les versements effectués sur le plan épargne seront ainsi déductibles de l’impôt sur le revenu. Pas les prélèvements sociaux qui resteront à payer aux versements comme à la sortie de l’épargne, ceci afin « de ne pas créer une retraite supplémentaire socialement plus intéressante que la retraite de base » se justifie-t-on au ministère des Solidarités. La CSG sera toutefois allégée en sortie lors des versements volontaires (hors intéressement ou participation). Des prélèvements voulus donc une seule fois, à l’entrée ou à la sortie. « Cela se rapproche du mécanisme de l’assurance-vie », conclut l’entourage d’Agnès Buzyn.

A noter

L’épargne-retraite demeure aujourd’hui très peu prisée des Français, ne comptant que 200 milliards d’encours, contre 1700 milliards d’euros pour l’assurance-vie.

8 commentaires

  • 18 août06:54

    Mais pourquoi s'ingénier à encore créer des placements dédiés "se rapprochant du mécanisme de l'AV" alors que l'AV existe déjà avec option de sortie en rente viagère, et ne coûte rien (en défiscalisation) au contribuables ??? Il suffirait de l'inciter, par rapport aux retraits...


Annonces immobilières