Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dans quels rayons fait-on le plus ses courses en hypermarché ?

Le Figaro01/03/2017 à 06:00

INFOGRAPHIE - Entre 2010 et 2016, la part de marché des rayons non-alimentaires dans les ventes des hypermarchés a lourdement chuté, selon des chiffres compilés par l'institut d'études Nielsen et le spécialiste de la distribution Bonial.

Électroménager, high-tech, jouets ou textile ... Les rayons non-alimentaires sont en perte de vitesse dans les grandes surfaces. Leur poids dans le chiffre d'affaires moyen d'un hypermarché a ainsi chuté de 6 points en six ans, passant de 26,4% en 2010 à 19,9% en 2016, selon des chiffres compilés par l'institut d'études Nielsen et Bonial, une société qui permet de consulter les catalogues des distributeurs sur Internet. Le rayon hygiène, parfumerie et beauté, quant à lui, est resté stable (10,3% en 2010 vs. 10,4% en 2016).

«Le repli du non-alimentaire est dû à l'offensive des e-commerçants, mais aussi à l'essor des distributeurs spécialisés», explique Matthias Berahya-Lazarus, président de Bonial. «Il y a dix ou quinze ans, l'hypermarché était la destination la plus spontanée pour aller acheter une cafetière ou des jouets, mais tous les rayons des distributeurs généralistes sont maintenant concurrencés.» L'essor des enseignes de bricolage, de jouets, ou encore d'électronique grand public, désormais bien implantées dans les centre-villes comme dans les zones commerciales en périphérie, détourne progressivement les consommateurs de ces rayons en grande surface. «L'offre est plus large et diversifiée dans ces enseignes et les clients y recherchent les conseils de vendeurs spécialisés», selon Matthias Berahya-Lazarus. «De son côté, l'e-commerce, grâce à la livraison à domicile notamment, est plébiscité par une frange de la population pour son côté pratique.»

» Le commerce en ligne n'est pas moins cher que le magasin traditionnel

La «zone marché» stratégique

Cette tendance profite très nettement aux rayons alimentaires qui, eux, ont tous grignoté des parts de marché. Le frais traditionnel grappille ainsi 1 point (16,2% vs. 17,2%), les liquides passent de 11% en 2010 à 12,6% en 2016, l'épicerie de 16,6% à 18,2% et le frais en libre-service grimpe de plus de 2 points (19,5% vs. 21,6%). Le frais traditionnel est particulièrement important pour les hypermarchés. Ce segment est «vecteur d'image pour les enseignes (notamment les fruits & légumes), il est également source de dynamisme pour les hypermarchés», souligne Vincent Cornu, directeur des services à la distribution de Nielsen France. «Les ‘zones marché' répondent à la concurrence des marchés et magasins spécialistes de la catégorie!»

C'est pourquoi, depuis quelques années, les distributeurs soignent leurs rayons produits frais. «Les surfaces dédiées en magasin sont élargies et réorganisées, par exemple avec le développement du bio ou des produits du terroir. Ces univers prennent peu à peu la place lâchée par le non-alimentaire», observe Matthias Berahya-Lazarus. Alors que le commerce en ligne cannibalise peu à peu tous les rayons des hypers, la grande distribution doit accentuer sa visibilité sur Internet, insiste le spécialiste. «Ce secteur souffre encore d'un sous-investissement en communication digitale. Les grands distributeurs y consacrent seulement entre 8 et 10% de leur budget de communication global, contre 80% pour les pure-players. Aux États-Unis, par exemple, ces investissements pèsent 25 à 30%.»

» Les ventes en ligne de la grande distribution ont encore augmenté

» Ces agriculteurs qui court-circuitent la grande distribution

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.