Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Cinq idées simples pour payer moins d'impôts

Boursorama21/04/2016 à 18:41

Les incitations fiscales mises en place par l'Etat peuvent être la source d'importantes économies d'impôts.

La période de déclaration des revenus de l’année 2015 a démarré le 15 avril et se terminera fin mai-début juin. Envie de payer moins d’impôts l’an prochain ? C’est maintenant qu’il faut agir !

Comme chaque année, la période de déclaration des revenus n’est pas vraiment une partie de plaisir pour les contribuables, qui se demandent si les impôts dont ils vont devoir s’acquitter seront supérieurs ou inférieurs à ceux payés au cours de l’année précédente.

Il est pourtant possible de s’assurer des réductions d’impôts grâce aux nombreuses incitations fiscales mises en place par l’Etat. Les investissements en faveur de l’innovation, de logements moins énergivores ou encore les dons aux organismes caritatifs sont autant de gestes ouvrant la voie à une réduction de l’impôt sur le revenu.

Solution 1 : investir dans l’immobilier

En France, l’immobilier est l’un des principaux vecteurs de défiscalisation pour les particuliers.

En plus des lois Malraux (immobilier ancien) et Censi-Bouvard (immobilier neuf) qui offrent toujours certains avantages fiscaux aux propriétaires, la fiscalité liée au logement est également encadrée depuis 2015 par la loi Pinel. Celle-ci permet de bénéficier d’abattements fiscaux suite à l’achat d’un bien immobilier neuf à basse consommation énergétique (norme BBC - bâtiment basse consommation).

Pour un investissement immobilier plafonné à 300.000 euros en « zone tendue », le dispositif Pinel permet de bénéficier d’un abattement fiscal allant de 12, 18 ou 21% de la valeur du bien selon la durée du bail et sous conditions. La loi est particulièrement intéressante pour les particuliers cherchant à réaliser un placement immobilier, en bénéficiant à la fois du rendement des loyers et de l’abattement fiscal de la loi Pinel.

Solution 2 : réaliser des travaux d’économie d’énergie

Dans la même logique que la loi Pinel, qui vise à favoriser l’achat de biens immobiliers à basse consommation énergétique, les particuliers peuvent bénéficier d’abattements fiscaux en entreprenant des travaux dans leur logement pour le rendre moins énergivore.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) s’applique aux résidences principales achetées depuis plus de deux ans. En démarrant cette année des travaux d’isolation, d’installation de panneaux solaires ou d’autres dispositifs permettant des économies d’énergie au sein du logement, les particuliers concernés bénéficieront d’un abattement fiscal correspondant à 30%s des dépenses engagées. La réduction fiscale obtenue par ce biais est plafonnée à 2.400 euros par an pour une personne seule, et à 4.800 euros pour un couple.

Solution 3 : investir dans des entreprises innovantes (FCPI / FIP)

Encore relativement mal connus des particuliers, les Fonds commun de placement dans l'innovation (FCPI) et les Fonds d’investissement de proximité (FIP) sont des OPCVM gérés par des établissements qui investissent majoritairement dans des PME à caractère innovant. Les PME en question peuvent être non cotées, ou déjà introduites en Bourse sur Alternext ou le Marché libre (petites capitalisations).

Le fait d’investir dans un FCPI ou un FIP permet de bénéficier d’un abattement fiscal correspondant à 18% de la somme investie. Les parts de FCPI/FIP doivent être détenues au moins cinq ans par un particulier sous peine de perdre cet avantage fiscal et de devoir rembourser cette économie d’impôts. L’abattement potentiel est plafonné pour un FCPI ou un FIP à 2.160 euros par an pour une personne seule, et 4.320 euros pour un couple, ces avantages fiscaux étant cumulables en investissant simultanément dans un FCPI et un FIP.

Solution 4 : préparer intelligemment sa retraite (PERP)

Le Plan d’épargne retraite populaire (PERP) ouvre également la voie à des réductions substantielles d’impôt sur le revenu.

Les sommes versées sur un PERP par un salarié resteront bloquées (en contrepartie d’un rendement) pendant toute la durée de sa vie active, puis qui lui seront reversées sous forme de rente viagère à partir de son départ en retraite, bien que d’autres formes de réversion existent.

Les sommes versées sur un PERP sont déductibles de l’impôt sur le revenu, dans la limite de 10% des revenus d’activité professionnelle du salarié.

Solution 5 : être généreux !

Mentionnons enfin la possibilité pour les particuliers de diminuer leur impôt sur le revenu grâce à leur générosité.

En effet, les dons réalisés auprès d’associations humanitaires, d’organismes caritatifs ou d’organismes d’utilité publique sont déductibles à 66% des revenus annuels, pour un montant plafonné à 20% du revenu imposable.

Pour les dons réalisés auprès d’organismes d’aide aux personnes en difficultés (excluant les organismes d’utilité publique), la première tranche de dons inférieurs ou égaux à 529 euros/an est déductible à 75% des revenus imposables. Le taux de 66% s’applique pour la tranche supérieure à 529 euros.

Certes, pour un particulier, faire un don ne permettra pas de faire des économies, mais cela aura l’avantage de donner davantage de sens à cette action, plutôt que de reverser les sommes concernées à l’administration fiscale.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.