Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

En Alsace, une station d'épuration carbure au jus de choucroute

AFP Video05/02/2013 à 13:39

Transformer le jus polluant issu de la fermentation du chou en chaleur et en électricité: cette idée surprenante est devenue réalité dans une nouvelle station d'épuration bâtie près de Krautergersheim (Bas-Rhin), la "capitale" autoproclamée de la choucroute.

Plantée au milieu des champs, la station de traitement des eaux usées du Bassin de l'Ehn est installée depuis un peu plus d'un an dans une zone qui concentre 70% de la production française de choucroute, à une vingtaine de kilomètres au sud de Strasbourg.

Des tracteurs et leurs citernes transvasent dans l'usine flambant neuve le déchet acide que génèrent les choucroutiers locaux, lors notamment de la fermentation des choux coupés en lanières dans des cuves, qui donne la choucroute.

Corrosif et très chargé en composants organiques, ce jus qui polluait autrefois les cours d'eau de la région ne peut pas être traité de la même manière que les eaux usées des 27.000 habitants des 11 communes alentours.

"En période de pointe, les effluents des choucrouteries peuvent représenter l'équivalent des eaux usées de 140.000 habitants" en termes de pollution à traiter, explique Clément Ritter, un porte-parole de la Lyonnaise des Eaux, qui exploite le site.

"On a trouvé des bactéries capables de consommer en quelques heures 90% des composants organiques du jus. Et en plus, elles produisent par méthanisation un biogaz d'une excellente qualité", poursuit-il.

Le procédé biologique se déroule dans un "réacteur", une tour verte dressée derrière les grands bassins d'épuration où sont traitées à ciel ouvert les eaux usées du secteur.

Biogaz

Le biogaz obtenu par la méthanisation est extrait et mélangé à celui que produit par ailleurs la digestion des boues d'épuration du site (matières liquides extraites des eaux usées), via un autre type de bactéries.

Le tout est utilisé sur place pour produire la chaleur nécessaire à plusieurs installations de la station, voire même de l'électricité revendue au réseau EDF.

"Notre principal objectif est d'être autonome en matière de chaleur, mais il nous arrive d'avoir du surplus grâce au biogaz que l'on transforme alors en électricité, quand l'activité choucroutière est au plus haut", explique le directeur du site, Jérôme Fritz.

Au total, le biogaz produit sur un an correspond à la consommation d'énergie de 1.500 personnes.

Selon l'exploitant, qui avait une expérience comparable dans le traitement des effluents d'un brasseur, la station est pionnière dans l'utilisation de cette technique pour traiter le jus de choucroute.

"C'était un pari, pour nous comme pour le constructeur, mais on est satisfaits des premiers résultats", explique Anne Roth-Boucard, directrice du Syndicat intercommunal (Sivom) qui a commandé cette usine pour remplacer deux stations d'épuration devenues obsolètes.

"Récupérer le jus de choucroute des producteurs locaux n'était pas une obligation, mais c'est un choix qu'ont fait les élus", poursuit-elle.

Même si ce jus génère désormais de l'énergie, les choucroutiers n'en restent pas moins facturés pour pouvoir le dépoter dans la nouvelle station.

"On économise sur les frais de transport, parce qu'avant, on devait apporter notre jus jusqu'à la station de Strasbourg", qui le diluait dans l'énorme quantité d'eaux usées qu'elle traite, explique Jean-Luc Meyer, dont l'entreprise est située à deux minutes de tracteur de la nouvelle station.

Mais surtout, "on passe d'un statut de pollueur à une image qui est plus associée au développement durable et ça, c'est bon pour la profession", se réjouit ce gérant de la principale choucrouterie de la zone, qui produit plusieurs milliers de m3 de jus par an.


Vidéos les + vues

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.