Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Viande avariée, asticots : les pratiques illégales de Castel Viandes mises au jour

Le Figaro14/11/2014 à 22:12

VIDÉO - Un ancien cadre de l'abattoir, licencié en 2008, dénonce dans un ouvrage les pratiques frauduleuses de son ancien employeur qui compte parmi ses clients Auchan, Flunch ou encore Lustucru.

«Lésés, méprisés et trop souvent malades». Les consommateurs de viande constituent le point de départ du livre de Pierre Hinard, «Omerta sur la viande». Cet ancien responsable qualité de Castel Viandes, une entreprise d'abattage et de découpe en Loire-Atlantique, y dénonce les dérives de cette entreprise qui compte pour clients des grands noms de la distribution (Auchan, Système U), des traiteurs industriels (Lustucru, William Saurin) et des chaînes de restauration rapide (Flunch, McDonald's). «Quand il lance l'alerte, Pierre Hinard est licencié (en 2008, ndlr) et, cinq ans plus tard, rien n'a changé. Il décide aujourd'hui de raconter de l'intérieur les dérives d'un système qui méprise paysans et consommateurs», explique son éditeur, Grasset.

Pierre Hinard dénonce notamment la «répétition de pratiques illégales dangereuses». Parmi elles, la «remballe», terme utilisé dans le métier pour évoquer le recyclage de viandes issues d'invendus de supermarchés. Il raconte comment des ouvrières «livides» doivent trancher une «viande verdâtre», à l'odeur «écœurante», vouée normalement à la poubelle. Il évoque les 250 kg d'asticots qui prospéraient sur le toit de l'atelier des steaks hachés et retombaient régulièrement dans les moules à viande. Ou encore le sang des vaches abattues qui se retrouve un jour répandu dans la prairie à côté de l'abattoir, faute d'avoir payé l'enlèvement de ce déchet. Il dénonce les pièces congelées, décongelées, recongelées, les dates truquées…

Pierre Hinard dit avoir été témoin de ces pratiques entre 2006 et 2008, année de son licenciement. «Ce système existait avant que j'arrive, j'ai mis toute mon énergie à le changer. Mais la direction repassait systématiquement derrière moi quand je faisais envoyer cette viande à la destruction», a confié cet ingénieur agronome à l'AFP.

Son témoignage a abouti en 2013 à l'ouverture d'une information judiciaire et à la mise en examen du chef d'entreprise et de deux cadres en juin et juillet dernier, pour «tromperies» sur la marchandise et «mise sur le marché de produits d'origine animale préjudiciables à la santé». Le dirigeant est également soupçonné d'«obstacle ou entrave à l'exercice des fonctions des agents habilités». Ces premières mises en cause ont aussi conduit la Direction générale de l'alimentation (DGAL), qui dépend du ministère de l'Agriculture, à procéder à six mois de «contrôles renforcés» entre mars et septembre 2013.

Mais depuis, l'entreprise poursuit son activité. Un rapport «favorable» a été publié après la dernière inspection début octobre. L'agrément sanitaire, obligatoire pour ce type d'entreprise, n'a pas été levé. Pour Pierre Hinard, une seule explication: les services vétérinaires du ministère sont absents ou corrompus. «Mon histoire illustre les dérives d'un système dénoncé par la Cour des comptes», explique l'auteur en référence à l'avis daté de février 2014 qui pointait l'insuffisance des contrôles et des sanctions menés par la DGAL.

Un scandale «plus grave» que celui des lasagnes au cheval

Du côté des clients de l'abattoir, les réactions ont divergé. McKey, fournisseur de McDonald's en steaks hachés, a assuré avoir cessé ses approvisionnements depuis mars 2013. Après avoir suspendu ses achats, Flunch les a repris depuis un an, après des «analyses négatives» et le maintien de l'agrément sanitaire de l'abattoir. Système U travaille toujours «sur de petites quantités» avec Castel Viandes, tout comme Auchan qui estime n'avoir «aucun élément qui donne de preuves réelles sur ces allégations».

Pour Pierre Hinard, tous ces industriels, qu'il dit avoir alertés à maintes reprises, sont au final «plus complices que victimes», car fermant les yeux sur les pratiques de leurs fournisseurs pour obtenir les prix les plus bas. Or pour l'auteur, ce scandale est «plus grave» que celui des lasagnes au cheval, qui était une «tromperie sur la nature de la marchandise», alors que dans le cas Castel, on parle de «viandes impropres à la consommation, renvoyées vers la restauration et la grande distribution».

L'avocat de Castel, Benoit Chabert, parle de la publication de ce livre comme d' «un non-événement». Selon lui, tout le contenu est «diffamatoire et calomnieux» et sert à faire la «promotion» de l'activité d'élevage de l'auteur. Castel Viandes ne reconnait «aucune infraction» et se «réserve la possibilité» de porter plainte pour diffamation, a-t-il indiqué.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.