Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Une nouvelle chute de la construction de logements est-elle à craindre?
information fournie par Le Figaro20/02/2020 à 06:00

Une nouvelle chute de la construction de logements est-elle à craindre? (Crédits photo : Flickr - Alexandre Prévot )

Une nouvelle chute de la construction de logements est-elle à craindre? (Crédits photo : Flickr - Alexandre Prévot )

Les règles plus strictes d'obtention de crédit immobilier pourraient contraindre des ménages à ne plus faire d'investissement locatif.

En pleine dégringolade depuis deux ans, le marché de la construction de logements en France donne des signes d'amélioration. Mais une nouvelle chute serait à redouter. La faute non pas à la suppression d'aides publiques ou à des maires frileux mais aux autorités financières.

Il y a deux mois, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) a recommandé aux banques de serrer la vis en matière de crédit immobilier. L'idée? « Protéger » les ménages les plus modestes contre un risque de surendettement, explique le ministre de l'Économie et des Finances qui préside le HCSF. Les banques doivent ainsi cesser d'accorder des prêts d'une durée supérieure à 25 ans et avec un taux d'endettement supérieur à 33%.

Ces mesures si elles étaient appliquées à la lettre par les banques - et c'est ce qui semble être le cas -, pourraient impacter la construction de nouveaux logements. « L'excès de prudence du HCSF risque de pénaliser gravement les Français et d'aboutir à l'effet inverse de celui recherché », affirme Sophie Ho Thong, fondatrice du réseau de courtiers indépendants J'aimemoncourtier.

Plus de la moitié des investisseurs en Pinel dépassent le taux d'endettement de 33%, selon elle. Ce sont autant de ménages qui ne pourront plus faire d'investissement locatif dans le neuf. Des particuliers sur qui les promoteurs ne pourront plus compter pour acheter les logements qu'ils vendent. Or, selon la Fédération des promoteurs immobiliers, environ 47% des ventes se font en Pinel. Conséquence: les réservations font diminuer et les nouveaux programmes avec elles. « Nous allons assister à un très fort ralentissement de la promotion immobilière , affirme Sophie Ho Thong. Les délais pour atteindre le niveau de réservations plancher exigé par les banques seront beaucoup plus longs et les promoteurs devront mobiliser plus de fonds propres ».

Une bien mauvaise nouvelle pour un secteur qui tente de redresser la barre. Il y a deux mois, les professionnels ont appris avec satisfaction que le Prêt à taux zéro, qui devait prendre fin cette année dans les zones détendues, a été prolongé. Pour éviter une nouvelle chute des ventes, le HCSF serait bien avisé, selon la fondatrice de J'aimemoncourtier, d'assouplir ses recommandations et de rehausser la part de nouveaux crédits pouvant déroger aux règles (actuellement de 15%).

0 commentaire

Annonces immobilières