Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une ardoise lourde et des marges limitées

Le Figaro23/06/2014 à 23:14

Une partie de la majorité conteste la priorité donnée aux allégements de charges et d'impôts pour les entreprises, mais le gouvernement a déjà lâché beaucoup de lest en faveur des ménages.

La perspective des discussions parlementaires sur les budgets rectificatifs de l'État et de la Sécurité sociale, commencées lundi, donne des sueurs froides à l'exécutif. Il faut dire que face à la grogne d'une partie de la majorité, qui conteste la priorité donnée aux allégements de charges et d'impôts pour les entreprises (41 milliards d'ici à 2017), le gouvernement a déjà lâché beaucoup de lest en faveur des ménages depuis que Manuel Valls a présenté le pacte de responsabilité et de solidarité en avril. L'enveloppe des réductions d'impôts pour les ménages modestes cette année a ainsi été plus que doublée, à 1,16 milliard (le coup de pouce doit atteindre 5 milliards l'an prochain en incluant la baisse des cotisations salariales). À cela s'ajoutent des exceptions au gel des prestations qui avait été décidé: revalorisation des retraites inférieures ou égales à 1.200 euros et du RSA, pour un coût de 700 millions par an.

L'ennui, c'est que la facture va encore s'alourdir, puisque le gouvernement devrait accepter certains amendements déposés par le groupe PS à l'Assemblée. Il s'agit de la revalorisation des aides au logement (130 millions) ou de l'exonération de taxe d'habitation et de redevance audiovisuelle pour certains contribuables modestes (45 millions). Les députés socialistes réclament aussi un allégement des charges de l'emploi à domicile, qui pourrait coûter 150 millions, et une revalorisation des prestations d'invalidité et d'accident du travail (200 millions).

«On a quand même fait beaucoup de chemin. Le sens de la responsabilité demande qu'à un moment donné, on s'arrête», soupire un membre du gouvernement. Bercy s'inquiète de la tournure que prennent les événements alors qu'une partie des 50 milliards d'économies de 2015 à 2017 est partie en fumée. Et que les prévisions de recettes fiscales ne cessent de se réduire. Le nouveau dispositif de l'écotaxe rapportera ainsi moins de la moitié de ce qui était prévu.

Dans ce contexte tendu, les revendications des frondeurs du «collectif des 100» compliquent l'équation. Car ils ne réclament pas de simples cadeaux budgétaires. «Nous ne sommes pas des gauchistes qui dépensent de l'argent qui n'existe pas, insiste le député socialiste Jean-Marc Germain. Notre démarche est crédible: avec les mêmes déficits que ceux du programme du gouvernement, nous optons pour des choix différents qui peuvent relancer la croissance.»

Les frondeurs veulent ainsi diviser par près de deux les baisses de charges promises aux entreprises, à 22,5 milliards, et redistribuer 18,5 milliards pour les ménages, l'investissement public local et l'emploi. Il s'agirait de «rallumer» la consommation en instaurant la CSG progressive, en supprimant les gels de prestations sociales et en protégeant les retraités les plus modestes de toute perte de pouvoir d'achat.

La guerre de position devrait durer jusqu'à fin juillet, lors du vote définitif des textes budgétaires. Mais l'été ne sera toutefois qu'un court répit. Le bras de fer se poursuivra en septembre avec les budgets 2015 de l'État et de la Sécu. Au sein de l'exécutif, on prévient d'emblée que «c'est précisément parce qu'il y a ce deuxième round qu'il faut rester ferme aujourd'hui».


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.