Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Surchargés, de plus en plus de salariés français se sentent fatigués
information fournie par Le Figaro18/09/2019 à 15:54

Surchargés, de plus en plus de salariés français se sentent fatigués (Crédits photo : Unsplash - Christian Erfurt )

Surchargés, de plus en plus de salariés français se sentent fatigués (Crédits photo : Unsplash - Christian Erfurt )

Les Français sont particulièrement attachés à leur entreprise et à leur travail, mais ils sont de plus en plus nombreux à trouver leur cadence de travail difficile à suivre, selon le onzième baromètre Malakoff-Médéric-Humanis.

Des salariés épuisés... mais heureux. La onzième édition du baromètre santé et qualité de vie au travail de Malakoff-Médéric-Humanis, publiée ce mercredi 18 septembre, confirme cette tendance à la fois paradoxale et durable.

73% des personnes interrogées déclarent ainsi être satisfaites de leur qualité au travail, et elles sont même de plus en plus nombreuses à se dire «très satisfaites»: 37%, soit 9 points de plus qu'en 2016. Derrière ces chiffres, un attachement des Français à leur entreprise: 74% se déclarent «fiers» d'y travailler, et 81% estiment qu'ils y trouvent une bonne entente avec leurs collègues. Un chiffre record depuis la naissance de ce baromètre, qui s'accompagne d'une reconnaissance croissante des efforts faits par leur entreprise pour améliorer leur bien-être (56%, trois points de plus que l'année précédente).

Un tempo de plus en plus rapide

Mais ces efforts sont contrebalancés par le sentiment persistant des salariés de devoir faire toujours plus. 46% au total estiment que leur rythme de travail s'est accéléré lors des douze derniers mois. Et 30% des salariés estiment ne pas avoir le temps de bien faire leur travail tandis que 66% estiment qu'on leur demande de travailler «très vite». Plus encore, 35% jugent même qu'on leur demande de travailler trop, ce qui leur apparaît fatigant tant physiquement (53%) que psychologiquement (70%). Ils sont plus nombreux à se dire fatigués que l'an dernier: ces deux derniers indicateurs se situaient à 48% et 68%.

En filigrane, les sondés regrettent une perte d'autonomie dans leur activité professionnelle. Seulement 25% d'entre eux affirment avoir la capacité de prendre des décisions, ce qui s'accompagne d'un déficit de reconnaissance: 42% ont le sentiment de ne pas être reconnus par leur hiérarchie.

Si elles valorisent leur entreprise et leur équipe, les personnes interrogées ont donc le sentiment croissant de vivre une relation à sens unique. Les managers, eux aussi, expriment une dépossession de leur autonomie: 39% seulement affirment avoir «tout à fait la possibilité de prendre des décisions». Ils étaient 59% il y a dix ans.

Si cher droit à la déconnexion

Le travail des Français est d'autant plus prenant qu'ils ont, de manière croissante, tendance à le ramener à le ramener chez eux. 23% des salariés et 38% des cadres déclarent ainsi travailler de plus en plus depuis leur domicile et en dehors de leurs horaires de travail. Et ce, en dépit du droit à la déconnexion qui devait sacraliser le temps personnel... Les Français n'hésitent pas à consulter leurs e-mails professionnels en dehors des horaires de travail et tiennent à rester joignables même pendant leurs congés, en particulier les cadres: c'est le cas de 57% d'entre eux, contre 44% pour le reste des salariés.

Face à ces nouvelles contraintes, les Français ont tendance à reconsidérer leur rapport avec l'organisation du travail... Dans une certaine mesure. Ils sont 47% à demander un assouplissement horaire. Ils ne sont en revanche que 25% à estimer qu'il faudrait développer le télétravail.

3 commentaires

  • 18 septembre17:21

    C'est pas gagné avec la retraite à 64 ansLes boîtes vont y péter Et les travailleurs aussiComme quoi ils feraient bien de réfléchir Notre gouvernement


Annonces immobilières