Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Logement : de nouvelles mesures attendues

Le Figaro19/08/2014 à 21:10

Les mises en chantier atteignent leur plus bas niveau depuis 1998.

Alors qu'il manquerait en France environ 800.000 toits, selon les acteurs de l'immobilier, Matignon planche sur de nouvelles dispositions pour favoriser la construction. Harlem Désir, le secrétaire d'État aux Affaires européennes, l'a confirmé mardi matin sur RMC: «Des mesures urgentes vont être annoncées rapidement parce que la relance de la construction de logements est une priorité.» François Hollande avait déjà placé la crise du logement au cœur de sa campagne présidentielle. Il s'était alors engagé sur un rythme de construction de 500.000 logements par an pendant son quinquennat. Cet objectif devait être atteint grâce à un vaste choc foncier.

Las! Depuis trois ans, malgré de multiples engagements, les mises en chantier n'ont pas dépassé les 350 000 logements. Et la production, anticipée par les dépôts de permis de construire, s'annonce encore plus mauvaise pour 2014 et 2015. Les statistiques du deuxième trimestre 2014 ont ainsi révélé une nouvelle chute des mises en chantier dans le neuf de 19 % en un an. Elles atteignent un point bas depuis 1998. Ce ralentissement de l'activité plonge le secteur du BTP et l'ensemble de ses salariés dans une crise inédite.

Harlem Désir n'a pas précisé, mardi matin, le calendrier ou la teneur des futures mesures. Dans l'entourage de Sylvia Pinel, la ministre du Logement et de l'Égalité des territoires, on précise qu'aucune annonce n'est à attendre pour le Conseil des ministres de ce mercredi. Les réflexions devraient aboutir dans le courant du mois de septembre.

Simplifier la construction

Début juillet, Manuel Valls s'était également engagé sur ce terrain. Le premier ministre avait réuni les professionnels du logement - promoteurs, constructeurs, bailleurs sociaux, banques... - pour entendre leur opinion sur la dégradation de la conjoncture. Il leur a donné un nouveau rendez-vous en octobre. À la sortie de cette rencontre, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), François Payelle, avait déclaré: «Un nouveau train de mesures est en réflexion et pourrait figurer dans le projet de loi de simplification ou le projet de loi de finances 2015.»

En juin, le gouvernement s'était accordé sur un premier plan de relance avec deux mesures clés: élargissement du prêt à taux zéro pour aider à l'acquisition de logements et plafonnement des honoraires des agences immobilières. À défaut du choc de l'offre initialement promis, le gouvernement s'est donc résigné à jouer classiquement sur la demande des ménages. Cinquante mesures de simplification des normes et des procédures dans la construction ont également été adoptées. Elles devraient être complétées en octobre par un nouveau panel. Les professionnels tablent aussi sur un aménagement du dispositif défiscalisant «Duflot» pour l'investissement locatif qui permettrait de louer à ses ascendants ou descendants.

Ils espèrent surtout l'abandon par Matignon des dispositions de la loi Alur (pour un accès au logement et un urbanisme rénové). Cette loi portée par l'écologiste Cécile Duflot quand elle était ministre du Logement a été votée en février dernier. Le texte prévoit notamment l'encadrement ou la garantie universelle des loyers.

À la demande des professionnels qui décriaient la lourdeur des nouvelles formalités et jugeaient la loi responsable du blocage du secteur, le Parlement a déjà commencé à la détricoter. Le sujet reste toutefois sensible politiquement. Le premier ministre ne s'est pas prononcé officiellement sur ce texte très favorable aux locataires. La définition des décrets d'application ne semble pas une priorité. Sur les 208 décrets prévus, seuls trois ont été pour l'instant publiés au Journal officiel.

Le livre de Cécile Duflot va provoquer quelques vagues...

De l'intérieur. Voyage au pays de la désillusion. Ce livre de Cécile Duflot relatant son expérience au gouvernement, à paraître chez Fayard le 25 août et rédigé avec la journaliste Cécile Amar, s'annonce comme l'un des livres événements de la rentrée politique pour son potentiel polémique.«Un récit sincère», assure l'ex-ministre, «personnel mais politique». Dans un extrait publié par Le JDD, Duflot assure avoir «essayé d'aider le président de la République à tenir ses promesses, de l'inciter à changer la vie des gens, de le pousser à mener une vraie politique de gauche». «Et j'ai échoué, écrit-elle. Alors je suis partie.»

Ce livre va alimenter les discussions des écologistes lors de leur université d'été à Bordeaux, de jeudi à dimanche. Invité mardi d'Europe 1, le président du groupe des sénateurs écologistes, Jean-Vincent Placé, a, lui, préféré botter en touche, indiquant ne pas l'avoir lu. Mais dans un entretien à Valeurs actuelles, mi-août, il a regretté le départ des écologistes du gouvernement. «Je ne comprends pas que nous ayons fait le choix de l'isolement alors que la Conférence climat se tiendra en France à la fin 2015, et qu'on nous proposait le renforcement de notre poids à l'intérieur du gouvernement.» Pour lui, l'incapacité de justifier politiquement «ce départ en signe l'incohérence».

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.