Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les producteurs de fruits et légumes lancent leur logo «made in France»

Le Figaro21/10/2015 à 12:58

Afin de fidéliser leurs clients face à la concurrence étrangère, les maraîchers et arboriculteurs tricolores mettent en avant la qualité et la traçabilité de leurs produits.

Dans le sillage des éleveurs de viande, les 60.000 producteurs de fruit et légumes lancent à leur tour leur logo «made in France», pour orienter le consommateur dans son choix final. Ils l'ont présenté ce mardi à l'occasion des Assises des fruits et légumes qui se sont déroulées au Conseil économique, social et environnemental (CESE) à Paris.

Ce logo ressemble à celui de la viande, qui a été déjà bien mémorisée par les consommateurs. Il est de forme hexagonale, avec les couleurs bleu, blanc et rouge. Trois fruits et légumes sont dessinés au centre, tandis que la mention «Fruits et légumes de France» est bien visible. «Ce logo est le porte drapeau de l'engagement des professionnels français à produire des fruits et légumes de qualité, tout en garantissant leur traçabilité à l'acheteur, rappelle Bruno Dupont, président d'Interfel, l'interprofession des fruits et légumes. Nous voulons fidéliser le consommateur à la production made in France et le rassurer lorsqu'il achète des produits dans la grande distribution ou sur les marchés».

Avec ce logo, les maraîchers et arboriculteurs français adoptent un cahier des charges strict pour être en cohérence avec le message qu'ils veulent faire passer aux consommateurs. Ils ont pris neuf engagements auprès des pouvoirs publics, à qui ils demandent l'apposition de ce logo sur tous les lieux de vente. «L'étiquetage de l'origine est déjà obligatoire sur l'affichage des prix de vente. Ce logo doit aider les contrôleurs de la DGCCRF dans leur mission d'inspection», souligne Louis Ourenga, directeur d'Interfel.

Parmi les engagements, trois retiennent plus particulièrement l'attention. La filière s'engage notamment à promouvoir les démarches de «bio contrôles», c'est à dire des traitements de lutte biologique intégrée. De quoi éviter les produits phytosanitaires. «Nous le faisons par exemple pour éliminer les pucerons. Nous utilisons de l'huile de Neem qui vient de l'arbousier, explique au Figaro Daniel Sauvaître, président de l'Anpp (Association nationale des pommes et des poires). En revanche, pour lutter contre des champignons comme la tavelure, les nouvelles molécules sont plus efficaces et moins nocives que le cuivre utilisé en bio».

Lutte contre le gaspillage alimentaire

Autre engagement: la réduction du gaspillage alimentaire. Interfel a dévoilé les résultats d'une enquête réalisée par le cabinet Ressard consultants en partenariat avec l'Inra. Elle laisse apparaître qu'entre le lieu de production et le point de vente final, la perte est de 12 %. «Sur 100 kilos de fruits et légumes prêts à être récoltés, 88 kilos iront bien entre les mains des utilisateurs finaux, indique Bruno Dupont. Nous faisons tout pour réduire les pertes alimentaires. A tous les stades de la filière, nous développons les dons alimentaires. Ce n'est qu'en dernier recours que les produits non consommables sont valorisés par d'autres procédés comme la méthanisation ou l'alimentation animale».

Enfin les producteurs de fruits et légumes jouent le pari de la recherche et développement pour innover dans de nouveaux produits - comme la pomme Pink Lady, le dernier grand succès - ou de nouveaux traitements biologiques. «Nous engageons à investir 14 millions d'euros par an en R&D pour soutenir les innovations et la qualité de nos produits», détaille Louis Ourenga. Par ailleurs, les professionnels veulent favoriser l'export des fruits et légumes made in France. «Nous avons prévu d'investir collectivement au minimum 1 million d'euros par an pour soutenir la présence des produits tricolores sur les marchés extérieurs», poursuit-il.

Reste à savoir si cela sera suffisant pour reconquérir des parts de marché face à l'Espagne et l'Italie, les principaux rivaux de la France. L'Hexagone se place désormais au troisième rang des producteurs de fruits et légumes européens.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.